BFM Business

Malgré les critiques sur le Black friday, CDiscount assume son offre commerciale

Grâce au Black Friday, Cdiscount a fait le plein d'abonnés à son service de livraison "Cdiscount à volonté".

Grâce au Black Friday, Cdiscount a fait le plein d'abonnés à son service de livraison "Cdiscount à volonté". - Cdiscount

Alors que des députés veulent interdire le Black Friday, le patron du site CDiscount estime que le changement des habitudes de consommation ne se décrète pas.

La ministre de la Transition écologique qui fustige le Black Friday. Des députés qui veulent faire voter un amendement visant à interdire les promotions du Black Friday et qui dénoncent un modèle de consommation "anti-écologique et antisocial". Des enseignes de magasins et des sites internet (Nature et Découvertes, Camif...) qui veulent boycotter cette journée de promotion. La fronde contre le Black Friday prend de l'ampleur depuis quelques jours.

Et alors que 63% des Français assurent vouloir profiter de cette journée de promotion pour faire des achats, CDiscount, le deuxième plus gros site de e-commerce en France après Amazon, assume son opération promotionnelle.

"A l'occasion du Black Friday, nous proposons des prix comme nous n'en proposons pas dans l'année, assure Emmanuel Grenier, le patron de CDiscount. Nous attendons entre huit et dix millions de visites ce jour-là. Des clients qui veulent du pouvoir d'achat et qui vont d'ailleurs en profiter pour faire une partie de leurs achats de Noël."

Concernant les critiques sur l'hyperconsommation et son impact sur l'environnement, CDiscount assure ne pas y être insensible mais estime qu'il ne faut pas attendre un changement soudain des modes de consommation.

"La période qui précède Noel est et restera un moment fort de consommation. C’est le rôle des commerçants d’y répondre mais c’est aussi notre rôle d’inventer des modes de consommation plus responsables."

CDiscount assure donc ne pas rester les bras croisés pour limiter son impact environnemental. Le commerçant privilégie ainsi de plus en plus le train pour la livraison de ses colis. Depuis un an maintenant, entre un à trois TGV sont chargés chaque jour de quelques centaines de petits colis au départ de Bordeaux ou Paris où se situent les entrepôts du groupe. Les colis sont logés dans des compartiments sous les motrices à côte des pièces détachées. Evidemment il est question de petites quantités puisqu'il s'agit des produits livrés en express dans la journée, soit moins de 1% des ventes du groupe. 

Diviser par deux le nombre de camions

Le e-commerçant qui livre dans la capitale en véhicule électrique assure par ailleurs avoir diminué de 20 à 30% le nombre de camions sur les routes grâce à ses emballages. La firme a investi dans un outil qui adapte la taille des cartons au produit.

"Aujourd'hui 85% des colis sont emballés de cette façon, ce qui permet d'utiliser 30% de cartons en moins et d'optimiser le remplissage des camions, assure le patron de CDiscount. D'ici deux ans et demi on espère avoir divisé par deux le nombre de camions sur les routes."

Si les e-commerçants comme CDiscount ou Amazon sont critiqués pour leur impact environnemental, ils sont aussi accusés d'être à l'origine de la surconsommation. "C'est un peu une frénésie de consommation où à coup de remises, de publicités, on vous incite à acheter des produits dont vous n'avez pas nécessairement besoin", déplorait ainsi Elisabeth Borne sur BFM Business.

Le site assure sur ce point que les produits reconditionnés comme les smartphones ou les consoles font partie des plus grosses ventes, ce qui n'est néanmoins pas flagrant ou pas vraiment mis en avant quand on navigue sur le site. La compagnie a mis un tout cas un pied dans l'économie circulaire en mettant en avant le service de la start-up Geev, sorte de Bon Coin pour le don de produits.

"Nous allons les pousser et mettre en avant leur application sur notre site dans le parcours d'achat de nos clients", assure-t-on chez Cdiscount. "Notre ambition est de changer nos comportements, conclut Emmanuel Grenier. Mais c'est aussi la technologie qui permettra de limiter notre impact sur l'environnement."

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco