BFM Business

Les ventes de vêtements reculent en France mais Amazon fait un carton

-

- - Amazon

Alors que le prêt-à-porter souffre dans l'Hexagone depuis le début de l'année, Amazon est devenu cette année le premier vendeur de textile sur internet.

Les ventes de textile et d'habillement ont connu une nouvelle décrue en 2018 après avoir bénéficié d'un léger rebond en 2017 à la suite de dix ans de baisse, selon de premiers chiffres de l'Institut français de la mode (IFM) dévoilés lundi.

Après avoir retrouvé des couleurs, quoique pâles, en 2017 (+0,6% en valeur), les ventes d'habillement et de textile sont reparties à la baisse lors des sept premiers mois de l'année, avec un repli de 2,3%, a expliqué lors d'une conférence de presse Gildas Minvielle, directeur de l'Observatoire économique de l'IFM.

A contrario, dans ce contexte difficile, les ventes en ligne de mode et d'habillement poursuivent leur croissance: sur les sept premiers mois de l'année, elles sont en hausse de 6,5% sur un an, tandis qu'en magasins, le chiffre d'affaires accuse un recul de 3,4%.

"La dynamique des ventes en ligne n'est pas suffisante pour compenser le recul de celles en magasins: il faudrait qu'elles progressent d'environ 20% pour que le marché se stabilise", a souligné toutefois Gildas Minvielle.

Amazon fait mieux que ventre-privée et Zalando

Et c'est Amazon qui tire le marché du prêt-à-porter sur internet. L'américain est devenu en 2018 la première enseigne sur internet de vente de textiles avec 7,6% de part de marché en valeur. Il surpasse ainsi vente-privée.com (7,1%), Zalando et Showroomprivé. H&M est la première enseigne de magasins physiques dans ce classement des ventes en ligne mais n'arrive qu'en neuvième position.

Une percée du géant américain donc qui n'en est peut-être qu'à son début. Car Amazon est encore plutôt sage en matière de promotions (39% des ventes à prix barrés contre 67% pour l'ensemble du marché) et surtout son poids est encore très relatif par rapport à d'autres marchés. La part de marché du géant américain en France atteint ainsi sur 50,5% sur la vente en ligne de produits multimédia, 49% sur le livre, 42% sur le jouet ou encore 24% sur la téléphonie. Avec 7,3% de part de marché sur le textile, la mode n'est encore qu'un petit marché pour lui.

Un Français sur deux achète désormais ses vêtements sur internet

Selon le panéliste Kantar, la mode représente actuellement 17,2% des dépenses de biens que les Français font sur internet. Un Français sur deux achète désormais ses vêtements sur internet, pour un montant moyen de 221 euros, parce que c'est plus pratique mais aussi parce qu'il est possible de s'acheter de la mode plus haut de gamme à prix accessible, a précisé Frédéric Valette, directeur fashion/retail chez Kantar, lors de la même conférence de presse.

Selon l'IFM, depuis les années 1960, la part des dépenses de vêtements dans le budget des ménages français décline, tandis que celle de la maroquinerie, des parfums et cosmétiques progresse. La part des dépenses de chaussures est quant à elle restée stable.

F.B. avec AFP