BFM Business

Les ventes d'alcool chutent depuis le début du confinement

Un français sur quatre boit trop d’alcool

Un français sur quatre boit trop d’alcool - SFR Presse

Avec le confinement décrété en France le 17 mars, on aurait pu s'attendre à une consommation d'alcool accrue. Or cela ne se retrouve pas dans les ventes qui baissent assez sensiblement depuis une semaine.

Le confinement propice à la consommation d'alcool? C'est ce qu'on pourrait croire. Des millions de Français enfermés chez eux sans voir personne, une contexte national (et familial?) tendu, peu d'activités, bars et restaurants fermés... 

Et s'il est impossible de connaître le niveau de consommation dans les foyers, ce qui est mesurable en revanche ce sont les achats dans les circuits de la grande distribution. Et là, les données sont sans appel: les ventes d'alcool ont baissé depuis le début du confinement.

Ainsi selon le panéliste Nielsen, sur la première semaine de confinement, les alcools sont une des deux seules catégories dont les ventes ont baissé. Elles sont en retrait de 1,7%. Seuls les produits d'hygiène-beauté font moins bien avec un recul de 3,4%.

Alcool
Alcool © Nielsen

Pourtant sur la période relève Nielsen, les ménages ont poursuivi leurs achats de surgelés salés et épicerie salée, avec notamment le riz à +123%, les pâtes +122%, les conserves de légumes +86%, la purée +143%, les plats cuisinés en boîtes +159% ou encore la viande surgelée +109%. De même pour le papier-toilette et les essuie-tout en hausse de 92%.

Dans cette frénésie d'achat, l'alcool passe donc à la trappe. Ce que confirment les données d'un autre panéliste. Selon Iri en effet, alors que tous les rayons ont enregistré des ventes en forte hausse sur la première semaine de confinement, le rayon des boissons et des alcools en particulier est en berne. Si les bières ont vu leurs ventes légèrement progresser de 3%, celles de champagnes et spiritueux (whisky, rhum, cognac...) ont enregistré une baisse de 16% par rapport à la même semaine un an plus tôt.

Alcool
Alcool © Iri

Dans le détail, ce sont les champagnes (-69%), les liqueurs et crèmes (-44%) ainsi que les vins effervescents (-44%) qui se sont effondrés sur cette semaine.

Plusieurs explications peuvent être avancées. Soit les Français surconsomment bien de l'alcool durant cette période mais préfèrent puiser dans leurs stocks qu'en acheter en grande surface. Soit la période n'est tout simplement pas si propice à la consommation d'alcool. Synonyme de convivialité et principalement consommé durant les soirées entre amis, l'alcool ne serait finalement pas un bon partenaire dans le confinement. D'ailleurs le seul rayon à afficher un recul des ventes est l'hygiène-beauté, lui aussi fortement lié aux interactions sociales.

L'évolution des ventes dans les prochaines semaines permettront d'y voir plus clair. Si les stocks s'épuisent vraiment, les ventes devraient repartir à la hausse. 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco