BFM Business

Les pratiques trompeuses des comparateurs de billets d'avions

Les prix des vols proposés ne collent pas toujours à la réalité (images d'illustration)

Les prix des vols proposés ne collent pas toujours à la réalité (images d'illustration) - Alex Wong - AFP - Getty Images

Une dizaine de sites internet permettant de comparer les offres de billets d'avions ont été épinglés par la répression des fraudes, rapporte le Parisien ce mercredi 11 février. Il leur est notamment reproché d'afficher des prix trompeurs.

Vous l'avez peut-être déjà constaté par vous -mêmes. Les prix affichés par les comparateurs de billets d'avions sont parfois bien éloignés du montant payé au final, une fois la carte de crédit sortie.

Des offres à premières vues alléchantes s'avèrent ainsi bien moins intéressantes qu'annoncées. Cette pratique serait, de fait, très courante chez ces sites. L'an dernier la DGCCRF (la direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes) a passé au crible leurs pratiques commerciales.

"Des infractions graves"

Et les résultats de l'enquête sont "édifiants", selon le Parisien de ce mercredi 11 février. "Entre la première estimation du prix et le paiement final, c'est une avalanche de surcoûts", explique le quotidien qui évoque notamment les frais de dossier de traitements ou des charges supplémentaires liées au mode de paiement.

Mais au-delà de ces surcoûts, une dizaine de sites auraient commis "des infractions graves" dont certaines relèveraient de "pratiques commerciales trompeuses". Selon Europe 1, parmi ces sites figureraient Opodo, Go Voyages, Easyvoyages ou encore eDreams.fr

Neuf dossiers auraient été transmis à la justice. Dans cinq cas, les sociétés concernées ont préféré signé des transactions pour éteindre les poursuites pénales. Les montants en question se situeraient entre 100.000 euros et 150.000 euros, selon le Parisien qui cite une source à Bercy.

"Ce type de pratiques était quasi-généralisée"

Dans une interview au quotidien francilien, la secrétaire d'Etat au Commerce Carole Delga affirme que "les consommateurs ont payé des prix supérieurs aux tarifs qui leur avaient été initialement annoncé" ajoutant que "ce type de pratiques était quasi-généralisée". Elle assure néanmoins que "les comparateurs ont modifié ou modifient leurs règles d'affichage". Carole Delga a également demandé de nouveaux contrôles à la DGCCRF "dans les mois à venir", pour vérifier que les comparateurs se sont mis en conformité.

Du côté des professionnels, une porte-parole du Snav, le syndicat des professionnels du voyage, interrogée par le Parisien reconnaît que "la règle devrait être effectivement d'afficher tout de suite le prix tout frais compris. C'est le cas pour la plupart d'entre nous". Les rares exceptions concerneraient, selon elle, des opérateurs low-cost ou des agences de voyage installées à l'étranger.

J.M.