BFM Business

Les opticiens plus libres pour vendre lunettes et lentilles sans ordonnance

Les opticiens ont désormais la possibilité, de délivrer des lunettes sans ordonnance en cas urgence.

Les opticiens ont désormais la possibilité, de délivrer des lunettes sans ordonnance en cas urgence. - Mehdi Fedouach-FP

Les opticiens sont autorisés à adapter eux-mêmes la prescription de lentilles de contact en cas de modification de la vue du patient. Ils pourront aussi, en cas d'urgence, délivrer des lunettes correctrices sans ordonnance.

Les opticiens peuvent dire merci à la loi santé du 26 janvier 2016. Ils sont dotés de prérogatives nouvelles pour délivrer au consommateur sans ordonnance, les lunettes et les lentilles de contact en vertu d'un décret d'application de ce texte qui entre en vigueur dès ce lundi 17 octobre.

Les porteurs de lentilles de contact peuvent désormais s'adresser aux opticiens pour adapter leur prescription, en cas de modification de leur vue, sans repasser par la case du médecin ophtalmologiste. La profession y était habilitée depuis 2007 pour les lunettes correctrices uniquement.

Il faudra pour cela que l'ophtalmologiste ne s'y soit pas opposé dans sa prescription de lentilles et que l'opticien pratique un examen réfractif des yeux du client, mesurant la nouvelle correction dont il a besoin. Cette mesure concerne les patients ayant en leur possession une ordonnance pour des lentilles, datant de moins de trois ans (un an pour les moins de 16 ans).

Autre nouveauté, l'opticien peut désormais délivrer une nouvelle paire de lunettes sans ordonnance, en cas de perte ou de bris des verres correcteurs. Il faut que l'urgence soit constatée et qu'il y ait "absence de solution médicale adaptée", précise le décret. L'opticien devra mesurer la correction nécessaire aux patients souffrant de myopie, d'hypermétropie, d'astigmatisme ou de presbytie. L'opticien remettra au patient le résultat de l'examen réalisé et devra le transmettre "par tout moyen adapté au médecin prescripteur ou au médecin désigné par le patient", précise le décret.

Enfin, la validité des ordonnances qui permettent de renouveler une paire de lunettes sans repasser par un ophtalmologiste est allongée à cinq ans pour les patients âgés de 16 à 42 ans (mais reste à trois ans pour plus de 42 ans). Cette période de validité était de trois ans jusque-là pour les plus de 16 ans et d'un an pour les moins de 16 ans.

Ces mesures visent notamment à désengorger les prises de rendez-vous chez l'ophtalmologue, où l'attente est très longue, souvent plusieurs mois dans certaines régions, en raison du manque de praticiens en activité. Toujours dans le même objectif, la loi santé autorise un orthoptiste, salarié chez un ophtalmologue, à réaliser certains actes sans prescription préalable. Sur ce point, le décret d'application n'a pas encore été publié, précise le ministère de la Santé.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco