BFM Business

Les ménages ont moins consommé en janvier

Les Français ont également moins dépensé dans l'alimentaire.

Les Français ont également moins dépensé dans l'alimentaire. - -

Selon les statistiques publiées ce vendredi 28 février par l'Insee, la consommation des ménages a reculé de 2,1% en février par rapport à janvier. Une baisse qui s'explique par de moindres achats d'automobiles liés à la hausse de la TVA.

Les Français ont commencé l'année en freinant leurs dépenses. Ce vendredi 28 février, l'Insee a publié des statistiques montrant que la consommation des ménages a largement reculé au mois de janvier, baissant de 2,4%, après avoir connu une légère hausse en décembre (+0,2%).

"Cette baisse est principalement imputable au recul des achats d’automobiles et à une nouvelle baisse de la consommation d’énergie", explique l'Insee. Les dépenses des Français en matière d'automobile ont, en effet, dégringolé de 7,7%.

Mais cette baisse s'explique surtout par "un effet de base": en décembre, les achats d'automobiles avaient progressé de 2,9%, les Français anticipant la hausse de la TVA au 1er janvier. Logiquement, les chiffres du mois de janvier ont souffert de ces achats anticipés qui concernent, outre les automobiles, les biens durables (réfrigérateurs, machines à laver, etc…).

Les douces températures plombent l'énergie

Pour l'énergie (-6,3%), "après un mois de décembre déjà doux, des températures au-dessus des normales du mois de janvier entraînent une nouvelle baisse des dépenses pour le chauffage (électricité, gaz, fioul…)", souligne l'Insee.

De même l'alimentaire a connu une baisse de -0,5% que l'Institut impute principalement au tabac, le prix du paquet de cigarette ayant encore augmenté, début janvier.

A l'inverse les dépenses en textile et habillement ont été dopées par les soldes hivernales, ce qui explique une progression de +1,8%.

Croissance nulle au 1er trimestre?

La baisse de la consommation des ménages reste une relative mauvaise nouvelle pour l'économie, la consommation étant un élément clef de la croissance, représentant 58% du PIB en 2012, selon les statistiques de la Banque mondiale.

Et malheureusement, la tendance devrait se poursuivre. Jeudi, l'Insee avait publié son indice de confiance des ménages pour le mois de février, qui reculait d'un point en raison des craintes des Français sur l'évolution du chômage. Cette statistique étant un indicateur avancé de la consommation des ménages, la baisse risque de continuer en février.

Plusieurs économistes estiment que la croissance devrait être nulle au premier trimestre 2014, subissant les contrecoups d'un dernier trimestre 2014 où elle avait progressé de 0,3%.

Le titre de l'encadré ici

|||Qu'est-ce qu'un effet de base?

Les satistiques publiées par l'Insee se comparent toujours par rapport à une période précédente: mois par mois ou année par année.

Si un un chiffre a été particulièrement bon un mois précis, le mois suivant souffrira forcément de la comparaison, même si le chiffre n'est pas forcément mauvais.

C'est un peu comme un sauteur à la perche qui comparerait sa performance lors d'un meeting après avoir explosé son record lors de la précédente compétition.

Julien Marion