BFM Business

Les huit offres de reprise du volailler Doux devraient limiter la casse

Le volailler Doux intéresse plusieurs repreneurs, dont la région Bretagne. (image d'illustration)

Le volailler Doux intéresse plusieurs repreneurs, dont la région Bretagne. (image d'illustration) - Fred Tanneau - AFP

De nouvelles propositions de reprise du groupe finistérien, qui emploie quelque 1200 salariés, ont été formulées auprès du tribunal de commerce de Rennes.

Placé en liquidation judiciaire, le volailler Doux intéresse de nombreux repreneurs. Outre les offres déjà connues du groupe sarthois LDC, du Saoudien Al-Munajem (premier client de Doux), des Volailles de Plouray et de l'Ukrainien MHP, quatre autres offres, à périmètres très variables, ont été déposées, a indiqué Laurent Beziz, l'avocat du comité central d'entreprise. 

Surprise de taille, l'industriel britannique Chesterfield Poultry, spécialiste du poulet halal, propose de reprendre l'abattoir vendéen de Chantonnay et ses 145 salariés, qui n'avait jusqu'ici fait l'objet d'aucune offre. Il a également déposé une offre pour le couvoir de L'Oie (Vendée) et ses 85 salariés, ainsi que pour l'usine d'aliments des Essarts-en-Bocage (Vendée) et ses 15 salariés. Soit 245 salariés au total.

La région Bretagne candidate à la reprise du volailler 

Autre nouveau venu, l'Allemand Saria, spécialiste de la valorisation des coproduits de viande, propose de reprendre la production de farine animale à Châteaulin avec 17 salariés. Le groupe Foch Investissement est lui intéressé par la reprise de 69 des 92 salariés du site de Plouray (Morbihan), contre 68 pour l'offre concurrente des Volailles de Plouray.

Autre nouveauté: la création de la société Yer Breizh, qui regroupe LDC, la Région Bretagne, Terrena, Triskalia et Al-Munajem. Elle reprendrait les fermes d'élevage, le couvoir de La Harmoye (Côtes-d'Armor), le site de Bannalec (Finistère), soit au total 97 salariés.

Le Saoudien Al-Munajem propose lui de reprendre l'abattoir de Châteaulin avec 347 salariés ainsi que 20 du siège. L'offre de MHP n'a quant à elle pas évolué. Outre l'usine de Châteaulin et le site de produits élaborés de Quimper, LDC propose enfin de reclasser quelques salariés du siège social, ce qui n'était pas prévu au départ.

"Le nombre de licenciements sera limité"

"Si ça fonctionne, c'est une chance énorme et le nombre de licenciements sera considérablement limité, mais reste à savoir si l'offre tient la route sur le plan industriel", a jugé Laurent Beziz.

Cet éventail d'offres "montre qu'il y a un intérêt pour la réorganisation de la filière avicole française même si je regrette qu'elle ne se fasse pas sous la marque Doux", a réagi Nadine Hourmant, déléguée syndicale FO. Le tribunal de commerce rendra sa décision le 18 mai. 

A.M. avec AFP