BFM Business

Les Français ont de nouveau envie de consommer

Pour 73% des Français, leur pouvoir d'achat est sous contraintes.

Pour 73% des Français, leur pouvoir d'achat est sous contraintes. - Jean-François Monier - AFP

Pour la première fois depuis 6 ans, leur moral des consommateurs de l'Hexagone connait un léger regain d'optimisme. Néanmoins, ils restent très attentifs à leur consommation.

Le moral des Français remonte. Une première depuis la crise financière de 2008. En effet, les consommateurs français affichent pour la première fois depuis six ans un léger regain d'optimisme, indique jeudi 5 février l'Observatoire Cetelem de la consommation. Selon cette étude annuelle réalisée entre le 4 novembre et le 2 décembre, la note de moral des Français atteint 4/10 contre 3,9/10 en 2014.

Et 30% des habitants de l'Hexagone envisagent d'augmenter leurs dépenses en 2015, contre 28% l'an dernier.

Cette embellie est en partie liée à la baisse soudaine des cours du pétrole, qui s'est déjà répercutée sur les prix à la pompe et dope le pouvoir d'achat des ménages, indique Flavien Neuvy, responsable de l'Observatoire.

Les consommateurs français rattrapent ainsi leurs homologues européens qui, dans leur ensemble, avaient déjà fait preuve d'un certain optimisme l'an dernier. Leurs intentions d'achats n'ont pas changé mais dans 9 pays interrogés sur 12, soit 3 de plus que l'an passé, l'augmentation des dépenses prime sur les intentions d'épargne.

52% des personnes interrogées ont réduit leurs dépenses

Toutefois, "si des perspectives de croissance sont envisagées, la crise a fortement marqué les consommateurs européens depuis 5 ans", remarquent les auteurs de l'étude. "73% d'entre eux affirment que leur pouvoir d'achat est sous contraintes et 52% que leur situation financière s'est dégradée depuis 2009."

Conséquence, les consommateurs ont modifié leur comportement: sur les cinq dernières années 52% des personnes interrogées ont réduit leurs dépenses et 56% d'entre elles assurent maîtriser plus leurs achats d'impulsion. Ils sont plus attentifs, 83% comparant plus avant d'acheter et 79% faisant plus d'achats malins qu'en 2009.

Et la consommation alternative prend de l'ampleur: 6 personnes sur 10 revendent elles-mêmes des objets, 66% achètent des produits d'occasion. Les acheteurs européens sont parallèlement toujours plus pressés, 37% d'entre eux estimant déjà passer moins de temps dans les magasins qu'en 2009 et 61% affirmant que leur objectif est d'aller le plus vite possible. Un désir satisfait par le recours croissant au "drive" ou aux courses en ligne.

33% favorables à l'ouverture le dimanche

Le temps de consommation sur internet a ainsi augmenté pour 49% des consommateurs. "La recherche d'information sur les produits, des bonnes affaires sur les sites d'occasion ou des offres promotionnelles expliquent en bonne partie ce surcroît de temps consenti", notent les auteurs de l'étude. "Mais le magasin garde deux atouts de poids : il est synonyme de plaisir et plus encore de qualité", ajoutent les auteurs de l'étude.

"C'est pourquoi, près d'un européen sur deux (49%) voit d'un bon oeil l'élargissement des horaires d'ouverture des magasins et 33% des Français pensent que l'ouverture des magasins le dimanche faciliterait leurs achats, leur donnant le temps de se renseigner, de se faire plaisir en s'assurant qu'ils font le bon choix", ajoutent-ils.

D. L. avec AFP