BFM Business

Les dépenses de médicaments à la baisse

Les dépenses de remboursemenrts des médicaments en France ont diminué de 0,8% en 2012.

Les dépenses de remboursemenrts des médicaments en France ont diminué de 0,8% en 2012. - -

Bonne nouvelle pour les comptes publics. Les dépenses de remboursement de médicaments de l'Assurance maladie sont en baisse en 2012, grâce aux génériques... et aux déremboursements.

Les Français lâchent les cachets et autres petits flacons. C’est en tout cas ce que semble révéler un communiqué de l’Assurance maladie, mercredi 29 mai.

Les remboursements de médicaments étaient en baisse de 0,8%, à 22,66 milliards d’euros, en 2012 par rapport à 2011. Les médicaments spécialisés pour des maladies lourdes représentent l’essentiel de ces dépenses. Selon ce rapport, des économies supplémentaires pourraient être réalisées si les médecins cessaient de privilégier les médicaments les plus chers.

L’Assurance maladie explique que cette réduction des dépenses est en réalité le résultat de trois facteurs liés: la baisse des tarifs, l'usage des génériques et la réduction de la consommation de médicaments par les Français, elle-même due en partie à la fin du remboursement de certains d'entre eux.

Les génériques: 1,46 milliard d'euros d'économie

Premier facteur cité, "des baisses tarifaires significatives", dans le cadre de la loi sur le financement de la Sécurité sociale, ont permis une économie de 831 millions d’euros en 2012.

Le recours plus fréquent aux médicaments génériques a, lui, représenté une économie de 1,46 milliard d’euros en 2012. Les économies réalisées ont doublé entre 2007 et 2012. Fin 2012, dans 83,6% des cas, les pharmaciens ont substitué un médicament princeps, non-générique, à un générique.

Troisième raison invoquée: les Français sont aussi moins accros à la médication. En 2012, les volumes prescrits ont diminué de 1,3%. Les prescriptions d’anti-inflammatoires, dont plusieurs molécules ont été déremboursées à partir de 2011 par manque d’efficacité, ont diminué d’un tiers. Le même phénomène se retrouve, dans une moindre mesure, pour les médicaments contre l’ostéoporose et Alzheimer.

Enfin, le taux de remboursement, lui, est en hausse, à 80,2%. Concrètement, cela signifie que les traitements, notamment les plus lourds et les plus coûteux, sont mieux pris en charge par l’Assurance maladie.


A LIRE AUSSI:

>> Les dépassements d'honoraires représentaient 7 milliards d'euros par an 

>> Les frais médicaux bientôt remboursés en fonction des revenus?

Audrey Dufour