BFM Business

Le Nutella arrive en tête du classement des bons élèves de l'huile de palme du WWF

-

- - MARCO BERTORELLO / AFP

En ce qui concerne sa manière de gérer son approvisionnement en huile de palme, le fabricant du Nutella est le plus éthique parmi près de 200 entreprises qui en utilisent, selon un classement de WWF paru ce lundi.

Une entreprise qui utilise de l’huile de palme ne nuit pas forcément à l’environnemen si elle l’exploite de manière durable. Afin de faire le tri entre les bons et les mauvais élèves, l’ONG WWF a dressé un classement de l’engagement des entreprises pour une huile de palme plus durable, paru ce lundi. Il en ressort que Ferrero, le groupe italien qui fabrique le Nutella, est le plus vertueux en la matière.

"Avec un score de 21,5 sur 22, Ferrero est considéré par la WWF comme le leader des grands distributeurs mondiaux, des entreprises de petite et grande consommation et de l'industrie alimentaire", écrit WWF. L’ONG a accordé ces bons points à l’Italien pour ses efforts en matière de lutte contre la déforestation dans les zones tropicales et pour la transparence de sa chaîne d’approvisionnement.

Concrètement, Ferrero n’utilise que de l’huile de palme certifiée durable, selon une chaîne d’approvisionnement traçable. En outre, le groupe investit dans des actions de développement durable dans les pays qui produisent son huile de palme. Les trois actions qui font un bon élève aux yeux de WWF.

Des ventes de Nutella pénalisées

Et non content d’être le meilleur élève des 173 entreprises étudiées, Ferrero est également aussi la seule à utiliser de l’huile de palme sans contribuer à la déforestation. Ce qui correspond à un score d’au-moins 20 sur 22, que le fabricant du Nutella est le seul à atteindre. WWF y voit "un signal encourageant au reste du secteur: une huile de palme durable qui ne participe pas à la déforestation est un objectif atteignable."

Reste à voir si ces bonnes notes aideront Ferrero à dépasser les polémiques sur l’huile de palme dans le Nutella, liée à son empreinte environnementale mais aussi à son potentiel cancérigène, pointé par l’Anses en 2017. Ces polémiques semblent bien avoir un effet sur les ventes de Nutella : ces cinq dernières années, la part de marché du champion italien, désormais de 75% du marché des pâtes à tartiner, a reculé de 10 points.

Nina Godart