BFM Business

Le cannabis a déjà ses premiers milliardaires

-

- - Privateer Holdings

Entrée en Bourse en juillet, la PME de cannabis canadienne Tilray a multiplié sa valeur par six et vaut déjà 20 milliards de dollars. Ses trois actionnaires principaux sont devenus milliardaires en un mois.

A ce niveau-là on peut parler d'or vert. La petite société canadienne Tilray vaut déjà 20 milliards de dollars. La PME de 300 salariés est certes le premier producteur nord-américain de cannabis médical mais elle ne réalise pour le moment que 28 millions de dollars de chiffre d'affaires par an, soit à peine plus que le magasin Intermarché au coin de votre rue. Et pourtant avec son cours de Bourse, la société vaut déjà plus que par exemple l'ensemble du groupe Carrefour qui compte 1300 fois plus de salariés et un chiffre d'affaires près de... 4000 fois supérieur!

C'est que la société est pleine de promesse, pensent les investisseurs qui se ruent sur les actions Tilray depuis un mois. Une douzaine d'Etats américains ont déjà légalisé l'usage récréatif du cannabis et la compagnie canadienne aurait un boulevard devant elle. Selon BDS Analytics, le marché du cannabis légal pourrait réaliser 40 milliards de dollars de chiffre d'affaires d'ici à 2021. Et Tilray serait la mieux placée pour récupérer la plus grosse part du gâteau.

A la fortune du pot

Et si le cours de Tilray s'envole, ses patrons eux planent déjà. Les trois Américains actionnaires principaux ont vu leur participation bondir à 7,2 milliards de dollars, soit 2,4 milliards de dollars chacun. Car bien que basée au Canada, Tilray appartient en fait à un fonds d'investissement de Seattle baptisé Privateer Holdings. Brendan Kennedy qui a fait fortune dans le logiciel avant de se lancer dans le cannabis et ses deux partenaires Michael Blue et Christian Groh ont fondé ce fonds spécialisé dans le cannabis en 2010. 

"Au début, j'avais beaucoup de conversations difficiles avec mes amis, ma famille et mes anciens collègues. Je me demandais si je me sentais moralement à l'aise de me lancer dans cette industrie", expliquait en 2015 Brendan Kennedy au site Mashable. Des discussions avec des patients consommateurs et partisans du cannabis thérapeutique le feront changer d'avis. "J'ai maintenant un devoir moral de réussir."

Le fonds a donc investi dans un certain nombre de sociétés de cannabis thérapeutique avant de s'ouvrir sur les marchés naissants du récréatif. En 2014, la société a fait parler d'elle en s'associant avec Cedella Marley, la fille de Bob Marley, pour lancer une marque "lifestyle" autours du cannabis baptisée Marley Natural. 

Et avec la vague de légalisation en cours depuis quelques années en Amérique du Nord (le Canada doit le faire en octobre), le cannabis suscite les convoitises. Tout un écosystème est en train de naître aux Etats-Unis et au Canada avec ses boutiques, ses magazines spécialisés, ses marques d'accessoires et en tant que pionnier Privateer Holdings attire l'attention. D'autant que son patron Brendan Kennedy sait parler aux investisseurs. Cette semaine sur CNBC il a prévenu les laboratoires pharmaceutiques et les vendeurs d'alcool.

"Si vous êtes un investisseur dans une compagnie pharmaceutique ou que vous êtes une compagnie pharmaceutique, il faut se protéger contre le risque d’une substitution par le cannabis des médicaments anti-douleur", a-t-il affirmé. Parallèlement, "je pense que toutes les entreprises distribuant de l’alcool doivent entrer dans le secteur, a-t-il ajouté. C’est une opportunité au niveau mondial."

Si le marché est effectivement très prometteur, les analystes financiers appellent à la prudence devant ce qu'ils considèrent comme une bulle. "La seule comparaison possible, c’est l’envol du bitcoin et de l’ethereum à l’automne dernier, assure Philippe Béchade, de la Bourse au Quotidien. Nous sommes prêts à parier que comme pour les "cryptos", la plupart des investisseurs/suiveurs dans Tilray vont se faire carboniser." Les fortunes du pot partiront-elles en fumée?

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco