BFM Business

LDLC va débourser 39,2 millions d’euros pour croquer Materiel.net

Le PDG et fondateur de LDLC.com Laurent de la Clergerie, ici en septembre 2015.

Le PDG et fondateur de LDLC.com Laurent de la Clergerie, ici en septembre 2015. - AFP-Philippe-Desmazes

"Le rachat de son concurrent, annoncée en décembre, permettra à LDLC d’entrer dans le Top5 de l’e-commerce français."

La somme est conséquente: 39,2 millions d’euros. C’est le prix de la croissance pour l’e-commerçant lyonnais LDLC, qui s’apprête à dépenser ces millions pour acquérir son concurrent nantais Materiel.net. Les dernières conditions suspensives à l'opération, annoncée début décembre, devraient être levées au 31 mars "au plus tard", a fait savoir LDLC.com ce mardi. Une partie de la transaction sera réglée en numéraire, à hauteur de 22,7 millions d'euros.

Le solde sera versé en actions. Une partie des titres (117.079 actions) a déjà été rachetée par LDLC.com sur le marché. L'autre partie (574.732 actions) nécessitera une augmentation de capital. L'opération entraînera une dilution des actionnaires existants de 10%, soit la limite haute fixée pour l'opération par les dirigeants de LDLC.com au moment de la présentation du rapprochement. Ces titres reviendront au fondateur de Materiel.net Jean-Philippe Fleury, qui se retrouvera ainsi actionnaire de LDLC.com à hauteur de 14%.

Réunis, LDLC.com et son concurrent donnera naissance à un groupe réalisant 500 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel.

A.R. avec AFP