BFM Business

Lait infantile: Danone poursuit en justice Fonterra

Danone a perdu 280 millions d'euros à cause de cette fausse alerte au botulisme.

Danone a perdu 280 millions d'euros à cause de cette fausse alerte au botulisme. - -

Le géant français de l'agroalimentaire a annoncé ce mercredi 8 janvier qu'il rompait son contrat avec le producteur laitier Fonterra, après que celui-ci a émis de fausses alertes au botulisme, l'été dernier. Danone a également enclenché des procédures juridiques.

Danone gronde et agit. Ce mercredi 8 janvier, le géant français de l'agroalimentaire a annoncé avoir mis fin "à son contrat actuel" avec la coopérative laitière néo-zélandaise Fonterra.

Cette dernière avait, le 2 août dernier, émis une alerte sur la possible contamination au botulisme de produits utilisé pour la fabrication de lait en poudre et de boissons lactées et fournis à Danone, alerte qui s'était avérée fausse.

"Cette affaire illustre de graves manquements de la part de Fonterra dans l’application des standards de qualité exigés dans la filière alimentaire", estime ainsi Danone, dans un communiqué.

Un coût de 280 millions d'euros

Outre la rupture du contrat, le groupe indique qu'il "conditionne la poursuite de sa collaboration à un engagement de totale transparence de la part de son fournisseur et à la mise en oeuvre effective des procédures de sécurité alimentaire les plus avancées".

Danone a également décidé de saisir la Haute Cour de Nouvelle-Zélande et de lancer un procédure d'arbitrage à Singapour pour "faire la lumière sur les faits" et "obtenir réparation".

En octobre dernier, l'entreprise avait indiqué que cette fausse alerte lui avait coûté pour 280 millions d'euros, le groupe ayant été obligé d'effectuer de nombreux rappels de précaution dans 8 pays d'Asie-Pacifique, dont la Chine, Singapour ou encore la Thaïlande.

J.M. avec AFP