BFM Business

Lafuma prévoit de supprimer 161 postes en France

La situation est difficile pour Lafuma

La situation est difficile pour Lafuma - -

Après avoir publié une perte de 60 millions d'euros au premier semestre, le groupe annonce, ce lundi 10 juin, la suppressions de 161 postes en France.

Lafuma se réorganise. Dans un contexte économique difficile, le fabricant de vêtements et d'équipements de plein air annonce, ce lundi 10 juin, un vaste plan de réorganisation et des suppressions de postes.

Le "projet de réorganisation globale" tourne autour de 3 pôles: un pôle "Outdoor et Montagne" avec les marques Lafuma, Millet et Eider qui seraient regroupées sur le site d'Annecy (Haute-Savoie), un pôle "Mobilier" sur le site d'Anneyron (Drôme) et un pôle "Surf" avec la marque Oxbow sur le site de Merignac (Gironde).

Les trois pôles "seraient opérationnellement entièrement autonomes, avec une mise en commun des seuls moyens logistiques et de l'informatique", explique le groupe.

Deux plans de sauvegarde de l'emploi

Dans le cadre de cette réorganisation, Lafuma a soumis aux syndicats deux plans de sauvegarde de l'emploi (PSE), chez Lafuma et Oxbow.

Le plan concernant Lafuma prévoit un "redimensionnement de l'activité Lafuma Outdoor" et "son transfert sur le site d'Annecy" qui accueille aujourd'hui les marques Eider et Millet (vêtements et équipement de montagne), ainsi que "la rationalisation des fonctions support", c'est-à-dire essentiellement administratives.

Ce projet "se traduirait par le transfert de 46 postes (vers Annecy) et la suppression de 78 postes (dont 60 à Anneyron)".

Chez Oxbow, la réorganisation se traduirait par "la suppression de 83 postes, avec la fermeture de la plateforme logistique dont l'activité serait reprise par la plateforme du groupe".

Lafuma explique que sa rentabilité au premier semestre de l'exercice 2012/13 (clos fin mars), a été "fortement impactée par la baisse des ventes d'Oxbow", qui ont reculé de 35%, "dans un contexte général de recul du marché du surf". Et il enregistre une perte nette de 60 millions d'euros.

Diane Lacaze & AFP