BFM Business

La santé animale, nouvelle marotte de Pfizer et consorts

La santé animale est à nouveau un domaine d'activité stratégique pour les laboratoires pharmaceutiques.

La santé animale est à nouveau un domaine d'activité stratégique pour les laboratoires pharmaceutiques. - -

Le groupe pharmaceutique américain a annoncé, lundi 13 août, son intention d'introduire en Bourse sa filiale vétérinaire Zoetis. Le marché de la santé animale ne manque pas d’atouts pour séduire les laboratoires.

La santé animale est-elle le nouvel eldorado du secteur pharmaceutique? Les opérations sont en tout cas légion depuis plusieurs mois. Dernier en date à se lancer: Pfizer, qui a annoncé, lundi, sa volonté d'introduire en Bourse sa filiale vétérinaire Zoetis.

Certes, il s’agit encore d’une goutte d'eau par rapport à la santé humaine, mais les médicaments pour animaux ont le vent en poupe. La croissance du secteur dépasse 5% chaque année et génère une rentabilité aussi élevée que pour la santé humaine, avec des risques moindres.

En effet, les investissements sont beaucoup moins lourds chez les animaux, et les laboratoires peuvent souvent recycler des technologies déjà développées pour l'Homme. En outre, les chercheurs se sont penchés très récemment sur la santé animale. Il reste beaucoup à découvrir, ainsi la probabilité de trouver de nouveaux remèdes est plus élevée.

Une très faible concurrence des médicaments génériques

L’autre atout du secteur réside dans la quasi-absence de concurrence des médicaments génériques, car les propriétaires d'animaux et les éleveurs ont tendance à faire confiance aux marques.

Les laboratoires le savent bien et se livrent une belle bataille pour se partager le gâteau. Bayer et Novartis ont lorgné la filiale santé animale de Pfizer, le numéro 1 mondial du secteur. Une division dont la valorisation pourrait atteindre 20 milliards de dollars pour son introduction en Bourse.

Simon Tenenbaum et BFMbusiness.com