BFM Business

   La Poste à moins de 500 m de chez vous, est-ce bien utile?

La Poste compte 17.000 points de contact en France

La Poste compte 17.000 points de contact en France - Philippe Huguen - AFP

Le groupe public pourrait d'ici à 2020 fermer plus de 7.000 bureaux de poste dans les grandes et moyennes communes, affirme Le Parisien de ce mardi 7 avril. Ce qui accentuerait la mue profonde qu'a engagé le groupe public.

Le bureau de poste de votre rue va-t-il disparaître dans les cinq prochaines années? Le doute semble être permis. La direction de La Poste songerait, en effet, à faire disparaître 7.000 bureaux situés dans des villes moyennes et grandes (Paris, Lyon, Bordeaux) d'ici à 2020, rapporte Le Parisien ce mardi 7 avril, citant un ouvrage, "la Face cachée de la Poste", écrit par deux de ses journalistes.

Interrogée par le quotidien francilien, la direction du groupe public ne confirme pas l'information. "Il y aura moins de bureaux à l'avenir. Combien? Je n'en sais rien. Là n'est pas la question", affirme ainsi Philippe Bajou, le directeur du réseau de la Poste.

Une porte-parole du groupe a ensuite confié à BFMbusiness.com être très étonnée des chiffres avancés par Le Parisien. La suppression de 7.000 bureaux est, en effet, l'équivalent du total des points de contact de La Poste dans les villes de plus de 2.000 habitants.

Un réseau dense

Le réseau de La Poste, qui compte actuellement 17.000 points de contact, rétrécirait grandement. L'établissement public avait déjà fermé plus de 7.000 bureaux dans les campagnes pour les transformer en agences postales communales ou en relais commerçant, rappelle à ce titre Le Parisien.

Il n'en reste pas moins que ce réseau demeure encore trop dense aux yeux de certains, notamment de la Cour des Comptes. Dans un rapport datant de 2010, les Sages de la rue Cambon écrivaient que La Poste avait "fait le choix de maintenir 17.000 points de vente alors que les besoins commerciaux des métiers de la banque, du courrier et du colis pourrait s'accommoder de 3.000 bureaux", soit près de six fois moins.

La Cour des comptes soulignait alors l'important problème auquel faisait face La Poste, évoquant "l'effet ciseau entre l'évolution à la baisse de l'activité des guichets et la croissance des coûts complets du réseau". Un coût qui au total s'élevait alors à 4,6 milliards d'euros en 2008. Le Parisien cite de son côté un chiffre plus récent de 4,2 milliards d'euros pour 2013.

"Réinventer la présence urbaine"

De fait, La Poste prépare depuis de nombreux mois une rationalisation de son réseau urbain. Dès mars 2014, Philippe Wahl, l'actuel patron du groupe public issu de la Banque Postale, indiquait ainsi vouloir "réinventer la présence urbaine" de l'entreprise, comme le rapportait alors Le Monde. Le but: "moderniser La Poste et faire des économies". Le quotidien du soir expliquait alors que le chiffre de 500 millions d'euros d'économies avait été évoqué.

Selon Le Monde indiquait, La Poste dispose d'une certaine latitude pour réduire son réseau urbain. Dans les grandes villes, 85% des habitants sont localisés à moins de 500 mètres d'un bureau de Poste. Un chiffre qui monte à 96% pour Paris.…

J.M.