BFM Business

La boutique de mode du futur a déjà pignon sur rue

Les "Undiz Machines" fascinent les visiteurs de la boutique et "tous les fashion retailers du monde".

Les "Undiz Machines" fascinent les visiteurs de la boutique et "tous les fashion retailers du monde". - Rémy Gabalda - AFP

Les magasins des grandes marques s'inspirent désormais des e-shops pour proposer des services innovants, jusque-là réservés aux achats en ligne. Bienvenue dans les boutiques du futur.

Dans la mode, la frontière entre magasin physique et magasin en ligne devient de plus en plus poreuse. D'un côté les pure-players, à la Sézane ou Birchbox, ouvrent des boutiques éphémères à droite à gauche. De l'autre, des enseignes traditionnelles importent dans leurs magasins physiques des services jusque-là dédiés à leur e-shop. Une tendance solide, bien au-delà de la petite tablette mise à disposition dans les allées, et qui dessine petit à petit la boutique du futur. Voici 3 innovations majeures qui pourraient bien se généraliser.

> Des retours gratuits sans bouger de chez soi

Undiz Strasbourg teste actuellement le retour d'articles achetés en magasin… de chez soi. Un service développé en partenariat avec la filiale So Colissimo de La Poste, un service initialement prévu pour les pure-players du web. Concrètement: lorsque le client achète une culotte ou n'importe quel sous-vêtement en magasin, le vendeur lui remet un sachet avec une étiquette code barre Colissimo. En rentrant chez lui, il essaye, ou réessaye, et estime finalement qu'il n'en veut plus. Il le signale sur l'application Undiz et flashe son ticket de caisse comme preuve de son achat. Puis, il n'a plus qu'à placer l'article dans le sachet, puis dans sa propre boîte aux lettres. Il sera collecté par le postier. Ce service, dénommé "easy retour", répond à une tendance que constate la directrice marketing de l'enseigne, Elodie Bilger: une clientèle qui préfère de plus en plus "essayer chez soi". Pour le magasin, ce type d'outil permet de réduire le nombre de cabines, et de laisser plus de place à la marchandise.

-
- © Undiz

> Des "personal shoppers" virtuels

Là encore, un bon moyen d'éviter l'essayage: dans quelques boutiques Cache-Cache (Beaumanoir) et 1.2.3 (Etam), les clientes sont aiguillées par un assistant virtuel vers les modèles à leur taille et susceptibles de les mettre le mieux en valeur. Un service développé avec ClicknDress et son algorithme qui calcule les tailles et les coupes qui vous vont le mieux en fonction de votre morphologie. Ce service a d'abord été fourni sur le e-shop de Cache Cache, avec un succès retentissant: le taux de retour a été divisé par 3, le taux de conversion multiplié par 7.

-
- © Cache Cache

Du coup, le service arrive en magasin physique. Concrètement, des tablettes sont mises à disposition de la cliente. Elle n'a qu'à renseigner son âge, son poids, sa taille, celle de son soutien-gorge, et la différence de taille entre le haut et le bas. ClicknDress peut ainsi calculer sa morphologie, et lui indiquer où se trouvent dans le magasin les articles qui lui iront le mieux. La cliente peut aussi simplement scanner l'étiquette du produit qui lui plaît pour savoir s'il est plus ou moins susceptible de la mettre à son avantage. Pour la marque, c'est aussi un moyen de récupérer des données sur ses clientes, leur apparence et leurs goûts, qui seront ensuite utilisées par les services marketing et conception.

> Des articles qui remontent des stocks comme par magie

Une innovation signée encore une fois de la très innovante marque du groupe Etam, Undiz, avec sa "Undiz Machine". Dans les boutiques de Strasbourg, Toulouse et Paris Rivoli, les clients ont accès à toute la collection et même à la réserve. Il leur suffit de choisir leurs produits sur des bornes tactiles, puis de regarder une capsule aéropulsée contenant leurs articles traverser un réseau de tubes transparents jusqu'à eux. L'effet, plutôt spectaculaire, fascine les visiteurs qui filment et partagent en masse sur les réseaux sociaux. La marque bénéficie ainsi d'une campagne de communication gratuite, elle écoule mieux son stock et a besoin de moins de vendeurs et d'espace. De quoi impressionner ses concurrents. À en croire le spécialiste du retail chez Accenture Laurent Thoumine, "tous les distributeurs de mode du monde se pressent chez Undiz Machine".