BFM Business

L'inventeur du Big Mac est mort et voilà comment il a créé ce burger

-

- - McDonald's

Jim Delligatti, l'homme qui a inventé le Big Mac s'est éteint aux Etats-Unis à 98 ans. Voilà comment ce franchisé de Pittsburg a eu l'idée, il y a un demi-siècle, de créer ce sandwich qui se vend chaque année à plus d'un milliard d'exemplaires.

L'information peut prêter à sourire. "Ah bon il y a un inventeur du Big Mac? Quelqu'un qui a eu l'idée de mettre un steak dans du pain?" Et pourtant oui, il y a bien un inventeur du Big Mac. Et il vient de décéder à l'âge de 98 ans. Son nom: Michael "Jim" Delligatti. Un porte-parole de McDonald's vient de confirmer qu'il s'était éteint ce lundi 28 novembre dans sa maison familiale.

Et si cet Américain d'origine italienne était inconnu du grand public, son invention elle est un des produits les plus connus de la planète. Consommé chaque année à plus d'un milliard d'exemplaires, le Big Mac est même devenu une référence pour comparer le pouvoir d'achat d'un pays à l'autre. En 1986 en effet, le magazine The Economist a créé l'indice Big Mac pour s'amuser. Mais avec le temps, cette unité de mesure est devenue un sujet d'étude sérieux pour les économistes.

Plus de sandwichs pour améliorer les ventes

Lorsque Jim Delligatti invente ce sandwich en 1967, il est loin d'imaginer qu'il met au point une icône de la mondialisation, aussi adoré que détesté d'ailleurs. Originaire de Pennsylvanie (l'Etat qui se situe à l'ouest de New York), Delligatti s'est lancé dans le fast-food en 1957. Tenté par la création de son propre restaurant, il se laisse finalement convaincre par un représentant de McDonald's d'ouvrir une franchise, un tout nouveau business à l'époque. À ses débuts, la chaîne ne possédait que des restaurants en propre mais, dès 1955, elle avait choisi d'accélérer la cadence en permettant à des entrepreneurs indépendants d'ouvrir des restaurants sous l'enseigne McDonald's.

C'est donc dans le nord de Pittsburgh que Jim Delligatti ouvre son premier restaurant qui est toujours à ce jour une des plus anciennes franchises McDo des Etats-Unis. Le succès de ce premier restaurant lui permet de financer l'ouverture de nouveaux. Il en possède ainsi une douzaine dans les années 60. Mais il se rend vite compte que l'ouverture de nouveaux restaurants a tendance à réduire l'activité des anciens. Il comprend alors que pour améliorer les ventes, il faut améliorer les menus.

Car à l'époque, McDo ne propose pas pléthore de sandwichs, de salades, de menus et de boissons comme aujourd'hui. Les clients ont le choix entre un hamburger de base, un cheeseburger et des frites. Delligatti s'inspire alors du sandwich qu'il a vu dans une chaîne concurrente (Big Boy drive-in) et qui contient deux steaks. Une chaîne dans laquelle il avait travaillé quelques années plus tôt avant de lancer sa franchise. Dans son restaurant de McKnight Road près de Pittsburgh, il va travailler quelques jours avant de trouver la recette magique: un sandwich de deux étages composé de deux steaks, de la laitue, du fromage, des cornichons, une sauce "spéciale", le tout dans deux buns au sésame. 

McDonald's pas très enthousiaste au début

Mais quel nom donner à son nouveau sandwich? Jim Delligatti propose The Aristocrat et Blue Ribbon Burger. Mais McDonald's leur trouve une connotation trop luxueuse. C'est finalement une jeune publicitaire de 21 ans, Esther Glickstein Rose, qui travaille au siège de l'enseigne, à Chicago, qui convainc la chaîne avec ce nom qui fait immédiatement tilt: Big Mac.

Une recette, un nom, mais le succès n'est pas assuré autant. Il a fallu à Delligatti batailler avec McDonald's pour imposer son nouveau sandwich. Au départ, le prix posait problème. Le franchisé veut vendre son sandwich 45 cents, soit le double du prix du cheeseburger. McDo s'étrangle mais autorise un test dans un seul restaurant et avec un pain différent (sans sésame). Mais Delligatti n'obéit pas et conserve sa recette initiale. Et le succès est immédiat. Les ventes, jusqu'alors stables, font un bond de 12% dès le premier mois. Dans toute la région de Pittsburgh, les clients se pressent dans les McDo de Delligatti qui peinent à suivre la demande.

Aucun royalties malgré le succès

L'enseigne hésitera pourtant un an avant de lancer le Big Mac au niveau national. Outre le prix plus élevé, McDonald's craint de complexifier son offre jusqu'alors composée de deux sandwichs seulement. Elle se décide finalement en 1968 quand elle voit que dans toutes les régions où le Big Mac est testé, les ventes croissent 10% plus vite qu'ailleurs. 

En quelques mois, McDonald's devient la première chaîne de restauration aux Etats-Unis et dépasse en 1968 le milliard de dollars de chiffre d'affaires. Un an plus tard, le Big Mac représente 19% des ventes de McDo aux Etats-Unis. La première publicité date de 1968 et donne principalement le détail de la recette.

Delligatti et sa famille ouvriront jusqu'à 47 restaurants avant d'en revendre une partie à McDonald's dans les années 2000. Et quid des royalties sur le Big Mac? Interrogé sur le sujet en 2005, l'inventeur du Big Mac eut cette réponse: "Oh oui, je touchais 1 dollar par sandwich vendu!" Avant de partir d'un éclat de rire: "Non bien sûr, je n'ai rien touché. Je me serais même contenté d'un dixième de cents par sandwich vous savez!" En ce qui concerne les ingrédients de la sauce spéciale, son inventeur a toujours cultivé le mystère: "Cela restera un secret", plaisantait-il dans cette même interview. Un secret emporté dans sa tombe.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco