BFM Business

L’hôpital et le malaise des 35 heures

La Fédération hospitalière de France veut réduire le nombre de RTT.

La Fédération hospitalière de France veut réduire le nombre de RTT. - Boris Hervat - AFP

La Fédération hospitalière de France (FHF), dans un entretien au Parisien daté du jeudi 18 septembre, demande à en finir avec le "carcan" des 35 heures qui, selon elle, a "déstabilisé l’hôpital".

Ce qui s’apparentait jusqu’à présent à un secret de polichinelle pourrait bien se transformer en débat public. Les 35 heures, dans le milieu hospitalier du moins, pose un sérieux problème. C’est le sens de l’intervention de Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France ce jeudi. 

"Une étude que nous avons menée auprès de 151 hôpitaux publics montre que les 35 heures sont devenues un carcan qui a déstabilisé l'hôpital, car les moyens n'ont pas suivi", explique-t-il. "Aujourd'hui, on commence par gérer le temps de travail des personnels et, ensuite seulement, on organise la prise en charge des patients".

Evoquant des "situations très hétérogènes, avec un nombre de RTT qui varie de 0 à plus de 20 par an selon l'établissement", la FHF propose "de plafonner les RTT à 15 jours par an".

"Réduire le temps de travail quotidien"

Il affirme notamment que "cela permettra de dégager 640.000 journées de travail par an, soit 3.200 équivalents temps plein, soit encore 413 millions d'euros". A la question de savoir si cette diminution des RTT doit être compensée financièrement, la réponse est claire: "les hôpitaux n'en ont pas les moyens, ça doit se faire à moyens constants". "Il faut réduire le temps de travail quotidien, d'un quart d'heure, d'une heure... au choix et réduire parallèlement le nombre de jours de compensation."

Cette prise de position de la FHF intervient alors que le Medef a prôné, dans un projet dévoilé en début de semaine, la possibilité de déroger à la durée légale du travail ou encore au salaire minimum.

Y.D. avec AFP