BFM Business

L'homme le plus riche d'Allemagne est mort

Il n'existe que cette seule photo disponible du très discret Karl Albercht.

Il n'existe que cette seule photo disponible du très discret Karl Albercht. - -

Le fondateur d'Aldi, l'empire allemand du discount alimentaire, est mort à 94 ans, a-t-on appris ce 21 juillet. Avec une fortune de 19 milliards d'euros, il était l'homme le plus riche d'Allemagne, selon Forbes.

Le discret et richissime cofondateur d'Aldi, l'empire allemand du discount alimentaire est mort, a annoncé le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung ce 21 juillet. A 94 ans, Karl Albrecht, dont l'entreprise réalise chaque année des dizaines de milliards d'euros de chiffre d'affaires, est décédé la semaine dernière dans le secret.

Avec 19 milliards d'euros de fortune, il était l'homme le plus riche d'Allemagne, selon le magazine américain Forbes. Il a été enterré lundi matin "sans pompe, sans tralala, sans public", dans le cimetière proche de chez lui, indique encore le quotidien.

Il a été enterré juste à côté de la tombe de son frère Théo, avec qui il avait fondé au début des années 1960 Aldi, contraction de "Albrecht" et "discount". Selon la légende, ils auraient repris l'épicerie familiale en revenant du front en 1946, et ont rapidement fait fructifier l'affaire.

Pas de ni de jet ou de yacht

Aldi mise sur un choix d'articles limité, une présentation dépouillée et des prix bas qui ont vite conquis une clientèle allemande qui n'aime pas dépenser pour se nourrir. A l'international, le groupe est présent "sur trois continents". Ce sont les seules informations disponibles: le groupe ne communique jamais sur ses résultats financiers.

Selon les médias allemands, il compterait aujourd'hui 10.000 filiales à travers l'Allemagne, l'Autriche, la France, les Etats-Unis et l'Australie. Son chiffre d'affaires annuel s'élèverait à 40 milliards d'euros.

Comme la marque, les deux frères ont toujours cultivé le secret, encore plus après l'enlèvement de Theo en 1971. Retenu en otage pendant 17 jours, il avait été libéré contre une rançon de 7 millions d'euros dont une grande partie versée par Karl.

Adepte du secret, il l'était aussi de la non-ostention: Karl Albrecht n'avait "pas de villa de vacances, aucun jet privé, aucun yacht et surtout aucune escapade ayant fait les gros titres", écrit le quotidien allemand.

N.G. avec AFP