BFM Business

L'espace est-il une bonne cave à whisky? La réponse d'une distillerie

Après 4 ans dans l'espace, les échantillons de whisky Ardbeg sont rentrés sur terre et viennent d'être goûtés.

Après 4 ans dans l'espace, les échantillons de whisky Ardbeg sont rentrés sur terre et viennent d'être goûtés. - CC BFM Business

La distillerie écossaise Ardbeg a laissé vieillir 4 ans des échantillons de whisky dans l'espace. Le résultat est plutôt surprenant.

Il y a quelques semaines, le japonais Suntory a annoncé son intention d'envoyer son whisky Hibiki dans l'espace. Le but? Mesurer l'effet d'un environnement sans gravité sur le vieillissement du spiritueux. Avant le retour des échantillons japonais sur terre, on a déjà un élément de réponse. La distillerie écossaise d'Ardbeg (qui appartient au groupe LVMH) a mené une expérience similaire. Et ses échantillons à elles, envoyés dans la station spatiale internationale en 2011, sont déjà de retour. 

Pour pouvoir effectuer une comparaison, la maison écossaise avait conservé dans ses propres caves sur l'île d'Islay le même whisky. Elle vient donc de confier à ses goûteurs les deux bouteilles qui ont rendu leur verdict. Ce dernier est sans appel. Oui le vieillissement dans l'espace a bien une influence importante sur le goût du whisky et l'expérience pourrait avoir "des conséquences importantes pour l'industrie du whisky", affirme même la société écossaise.

Une autre facette du whisky

"Les échantillons spatiaux étaient sensiblement différents, assure Bill Lumsden, le directeur de la distillation. Que ce soit au nez ou en bouche, il apparaît évident que les échantillons de l'espace ont un goût de fumée plus prononcé que je n'avais jamais senti avec le whisky vieilli sur terre." 

"Ardbeg a déjà un caractère complexe, mais les résultats de notre expérience montrent qu'il peut en gagner encore plus, ce qui révèle une autre facette au whisky", poursuit-il.

Une expérience qui pourrait avoir des conséquences sur l'industrie du whisky dans son ensemble, assure même Ardbeg qui va continuer à analyser la composition moléculaire de son breuvage vieilli dans l'espace. Pour l'heure, aucune exploitation commerciale n'est cependant envisagée.

Frédéric Bianchi