BFM Business

Juul, l’e-cigarette californienne arrive en France sur la pointe de pieds

-

- - Juul

Cette cigarette électronique fait un tabac aux Etats-Unis. Elle arrive en France pour tenter de dissuader les fumeurs d'arrêter le tabac sans inciter les adolescents à commencer le vapotage, comme elle l'a fait involontairement outre Atlantique.

Aux Etats-Unis, la cigarette electronique Juul est un véritable phénomène de société. Et ce succès, notamment auprès des jeunes, inquiète les autorités sanitaires américaines. Créée en 2007 par James Monsees et Adam Bowen, deux diplômés de Stanford, cette cigarette électronique a révolutionné un secteur de plus en plus concurrentiel en misant sur un design inspiré des clés USB, un système de capsules, les "Pods" façon Nespresso et une innovation qui simplifie l’usage. En seulement trois ans, la marque s’est emparée de 73% du marché américain. Elle s’est fait une place dans le club très fermé des licornes avec une valorisation qui est montée à 15 milliards de dollars en juin.

Pour ne pas vivre en Europe ce que la start-up traverse aux Etats-Unis où le succès auprès des jeunes inquiète l'agence de santé américaine (FDA), la marque débarque prudemment en France.

Outre Atlantique, la Juul est rapidement devenu un phénomène de mode avec des utilisateurs de plus en plus jeunes qui se filmaient avec sur les réseaux sociaux. Pour faire profil bas, la start-up a demandé la suppression de 8000 posts et 450 comptes Instagram dédiés à ses produits. L'autorité américaine veut maintenant interdire la vente en ligne des e-cigarettes aromatisées.

Juul
Juul © Eva Hambach - AFP

Vendue dans 6 pays, la Juul est désormais disponible en France sur Internet et dans quelques boutiques parisiennes spécialisées dans les cigarettes électroniques. Elle sera plus tard distribuée dans les bureaux de tabac.

"Nous allons nous développer peu à peu pour maîtriser la distribution", nous a déclaré Ludivine Baud, directrice générale France. Les revendeurs ont l’interdiction formelle de vendre les produits aux mineurs et sur internet. Une double vérification les empêchera les adolescents de s’en procurer. "Nous enverrons aussi des clients mystères chez les vendeurs pour vérifier que ces consignes sont respectées", nous a confié la patronne de Juul France en précisant qu’aucune communication ne sera faite sur les réseaux sociaux.

La marque ne veut pas rater son coût d’autant que la France est le 3ème marché mondial de e-cigarette après les Etats-Unis et le Royaume-Uni avec 1,8 million de "vapoteurs" quotidiens et 820 millions d'euros de chiffre d'affaires. Mais surtout, ce sont les 14 millions de fumeurs que visent Juul, soit deux fois plus qu’en Grande-Bretagne. "Ce que nous constatons sur le marché français c’est qu’il y a beaucoup de fumeurs qui souhaitent arrêter la cigarette et pourtant seulement 8% d’entre eux y parviennent faute de moyens efficaces".

Une ambition que partagent désormais les cigarettiers qui, voyant les ventes de tabac chuter dans le monde, se sont lancés eux aussi dans l’eldorado de la cigarette électronique. Juul tente de garder son avance et annonce le lancement en 2019 d'un modèle connecté pilotable via une appli.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco