BFM Business

Just Eat France veut recruter 4500 livreurs en CDI d'ici la fin de l'année

/

/ - Ben STANSALL / AFP

Just Eat France, filiale de Takeaway.com, a d'ores et déjà recruté 350 livreurs. Elle ne compte pas s'arrêter là.

Cet été, Jitse Groen, patron de Just Eat, annonçait vouloir en finir avec les contrats précaires et offrir de meilleures conditions à ses livreurs en Europe. "Nous sommes une grande entreprise multinationale avec pas mal d'argent et nous voulons que nos collaborateurs soient assurés (...) Nous voulons être certains qu'ils aient des protections, que nous payions les impôts pour ces salariés". L'entreprise n'a pas mis longtemps à mettre en marche ses bonnes résolutions.

Le JDD dévoile ce dimanche que la démarche a été entamée en novembre et que 350 coursiers ont d'ores et déjà été embauchés dans la capitale. Just Eat leur permet d'avoir des horaires flexibles, d'exercer un autre emploi, et d'obtenir une couverture sociale. Victor Ennouchi, directeur des opérations livraison, précise:

"Les livreurs Just Eat sont payés 10,30 euros de l’heure, qu’ils fassent une ou plusieurs courses, et nous leur proposons des possibilités d’évolution pour superviser notamment des équipes de coursiers."

4500 livreurs en CDI dans 30 villes de France

Just Eat ne veut pas s'arrêter en si bon chemin. L'entreprise prévoit de recruter, d'ici la fin de l'année, 4500 livreurs en CDI dans 30 villes de France. La plateforme compte évidemment beaucoup sur les étudiants et les micro-entrepreneurs.

Meleyne Rabot, directrice générale de Just Eat France, explique au Journal du dimanche: "Nous sommes une place de marché, donc 80% de nos 15.000 restaurants partenaires en France ont leur propre service de livraison, cette nouvelle offre s'adresse aux 20% d'indépendants et de grandes chaînes de fast-foods qui n'ont pas leurs coursiers." La prestation est facturée aux restaurateurs 30% du prix de la commande contre 14% pour une mise en relation sans livraison.

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze Journaliste BFM Éco