BFM Business

Jean-Pierre Clamadieu (Solvay): "2014 marquera un tournant"

Jean-Pierre Clamadieu était l'invité de BFM Business, ce lundi 6 janvier.

Jean-Pierre Clamadieu était l'invité de BFM Business, ce lundi 6 janvier. - -

Le président exécutif de Solvay était l'invité de BFM Business, ce lundi 6 janvier. Il est notamment revenu sur la conjoncture, jugeant que les Etats-Unis et l'Asie bénéficient actuellement d'une meilleure dynamique que l'Europe.

L'année 2014 est-elle l'année du renouveau pour l'Europe? Plusieurs signes tendent à montrer que le Vieux Continent va connaître un meilleur millésime que 2013.

Invité du Grand Journal ce lundi 6 janvier, Jean-Pierre Clamadieu, le président exécutif du chimiste Solvay, a estimé qu’"on voit quelques frémissements d'ici ou là" dans son secteur, même si "l'année démarre plutôt prudemment".

"2014 marquera un tournant, mais les choses ne vont pas changer d'un seul coup", a-t-il poursuivi ajoutant que l'amélioration se fera surtout sentir "au deuxième et au troisième trimestre".

"Il y a une balkanisation du paysage de l'énergie"

Ainsi, "l'amélioration en Europe, sera très progressive". En termes de secteur, Jean-Pierre Clamadieu a jugé que la construction et le bâtiment restent "peu dynamiques" mais, dans le cas de l'automobile, "le pire est derrière nous".

Concernant la chimie, "beaucoup d'investissements sont effectués en Asie pour profiter de la croissance, de même qu'aux Etats-Unis", a-t-il poursuivi. Dans cette dernière zone, il note "un changement complet de tendance: il y a 10 ans, les chimistes quittaient les Etats-Unis. Depuis trois ans, ils y reviennent pour bénéficier d'un coût de l'énergie jusqu'à cinq fois moins cher qu'en Europe".

Il a précisé que les Etats-Unis représentent environ 20% du chiffre d'affaires de Solvay, marché qui "a aujourd'hui à peu près le même potentiel que l'Asie".

En Europe, où les chimistes effectuent surtout des restructurations, il a appelé à davantage de "convergence". "Il y a une balkanisation du paysage de l'énergie", avec "des écarts allant de 20 à 30% pour un grand consommateur comme nous. Il faut que nous retrouvions une vraie politique européenne de l'énergie".

La France "a un environnement favorable à la recherche"

Jean-Pierre Clamadieu a ensuite rappelé que son groupe reste présent en France où il base environ 25% de ses effectifs et "50% de nos moyens de recherches". Il a d'ailleurs estimé, à ce titre, qu'il y "a en France un environnement favorable à la recherche".

Revenant enfin sur le pacte de responsabilité proposé par François Hollande aux entreprises, il a d'abord déclaré que "depuis deux ans, il y a une trajectoire satisfaisante" au niveau de la politique économique mais une série de décision a brouillé l'image". Il a cité notamment la taxe à 75% ou encore celle sur l'excédent brut d'exploitation.

Dans ce but, il a ensuite estimé que ce pacte est "un pas dans la bonne direction", même si, "pour l'instant, ce sont des mots derrière lesquels il faut mettre une contenu". "Mais, comme Pierre Gattaz, j'ai envie de dire 'Banco". Saisissons cette opportunité pour construire un environnement plus favorable au développement de l'activité en France", a-t-il conclu.

J.M.