BFM Business

Hédiard se cherche un avenir

Pour que les boutiques Hédiard soient ouvertes pour les fêtes de fin d'année, l'actionnaire Pougatchev a injecté 2,2 millions d'euros.

Pour que les boutiques Hédiard soient ouvertes pour les fêtes de fin d'année, l'actionnaire Pougatchev a injecté 2,2 millions d'euros. - -

Le tribunal de commerce de Paris examinera le 4 juin les offres déposées pour la reprise de l'épicerie de luxe, en redressement judiciaire depuis octobre 2013. Au moins deux offres sérieuses sont en lice.

Ses vitrines ont beau étaler toujours autant de mets de luxe et les touristes se presser dans sa boutique historique de la place de la Madeleine, à Paris, la maison Hédiard est à la recherche d'un repreneur. C'est le 4 juin que le tribunal de commerce de Paris va examiner les offres qui pourraient redonner à cette institution de l'épicerie du luxe, placée en redressement judiciaire depuis le mois d'octobre, son lustre d'antan.

Deux candidats jugés sérieux sont en lice pour reprendre l'affaire au milliardaire Sergueï Pougatchev, propriétaire de l'épicerie depuis 2007.

Le fonds d'investissement helvète Ledunfly, de la milliardaire suisse Dona Bertarelli, prévoit d'investir 15 millions d'euros sur 3 ans. Les 134 salariés verraient leur emploi préservé.

L'autre candidat est l'autrichien Do&Co, présent dans la restauration et l'ôtellerie. Il se propose de reprendre l'entreprise et une centaine de ses salariés pour 16 millions d'euros, dont la majeure partie serait affectée au paiement des dettes de l'entreprise. Il prévoit d'investir 6 millions d'euros dans le magasin historique de la Madeleine, dans le 8e arrondissement de Paris.

Déficitaire depuis 7 ans

D'autres candidat sont en lice, mais leur offre n'est que partielle, comme celle déposée par le groupe breton Le Duff, propriétaire des chaînes Brioche Dorée et Del Arte. Hédiard, autre grand nom de l'épicerie fine, ne s'est positionné que pour la reprise d'une boutique, située dans la centre commercial Parly2 (Yvelines).

L'actionnaire Pougatchev n'a pas présenté de plan de continuation. Il faut dire qu'il a déjà beaucoup investi dans la maison Hédiard, allant même jusqu'à injecter 2,2 millions d'euros en novembre dernier, pour que les boutiques puissent ouvrir pendant les fêtes.

Hediard est déficitaire depuis 7 ans. En 2012, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 17,5 millions d'euros, qui s'est encore replié en 2013, à 14 millions d'euros. Au final, le chiffre d'affaires a été divisé par 4 en dix ans.

C.C.