BFM Business

Grande distribution: des alliances pour faire baisser les prix

Les distributeurs veulent peser devant les géants de la grande consommation.

Les distributeurs veulent peser devant les géants de la grande consommation. - Philippe Huguen - AFP

De plus en plus de distributeurs s'allient pour passer des achats en commun. Une pratique qui permet de faire baisser les prix.

Les industriels de l'agroalimentaire s'inquiètent. Les négociations commerciales pourraient tourner au bain de sang. Le rapport de force est de plus en plus en faveur de la grande distribution avec le rapprochement de plusieurs centrales d'achats. Après Auchan/Systeme U, Casino et Intermarché vont également acheter en commun. Une stratégie qui risque d'accélérer la spirale déflationniste.

C'est une déclaration de guerre faite aux grands fabricants, les Nestlé, Danone, Coca-cola ou encore l'Oréal. Au total, une petite centaine de fournisseurs, qui représentent autour de 10 milliards d'euros d'achats. L'idée est de peser un poids maximal face aux géants de la grande consommation dans les négociations commerciales qui viennent de s'ouvrir.

Sanctionner les abus

La guerre des prix se fait en effet sur les grandes marques nationales et internationales. Celles qui permettent la comparaison d'un hyper à l'autre, qui permettent d'afficher une image de prix imbattables, sur le Nutella ou le paquet de Barilla par exemple. Ces alliances dans les achats ne concernent pas les marques de distributeurs ou les produits fabriqués par les PME.

Les industriels n'ont pas l'intention de se laisser faire. Ils comptent sur les nouvelles armes que vient de leur fournir la loi Hamon. Elle donne plus de pouvoirs à la DGCCRF pour sanctionner les abus des distributeurs. Elle promet aussi une amende de 375.000 euros en cas de retard dans les délais de paiement.

Hélène Cornet