BFM Eco

Glyphosate : quelles sont les alternatives pour désherber votre jardin?

Pour désherber son jardin, les alternatives au glyphosate restent bien moins efficaces.

Pour désherber son jardin, les alternatives au glyphosate restent bien moins efficaces. - MYCHELE DANIAU / AFP

Les pesticides de synthèse sont interdits pour les jardiniers amateurs depuis janvier. Les fabricants proposent, pour remplacer le glyphosate, des désherbants à base de substances naturelles. Le magazine 60 Millions de consommateurs a décidé de tester ces produits pour évaluer leur efficacité. Et le bilan est mitigé.

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), les jardiniers amateurs sont responsables pour un quart de la pollution des eaux de surface et des nappes souterraines. Il faut dire que la moitié des jardiniers utilisaient encore des herbicides de synthèse en 2017. Mais depuis le 1er janvier, ils n'ont plus le droit de se servir des produits à base de glyphosate. Le magazine 60 Millions de consommateurs, dans son édition de jeudi, a testé les alternatives à base de substances naturelles.

Parmi les cinq produits testés par le magazine figure une autre référence du Roundup, avec des produits reformulés pour respecter la réglementation. Mais "les résultats sont peu probants. Ces désherbants viennent difficilement à bout des herbes folles, tout en ayant, eux aussi, des impacts sur la santé et l’environnement", selon 60 Millions de consommateurs. Tous ces produits, dits de biocontrôle, sont à base d’acide. Leurs effets reposent sur le même mécanisme : l’acide brûle les feuilles et les tiges. Il détruit la partie aérienne de la plante, mais ne la tue pas forcément.

Le produit le plus efficace testé par 60 Millions est Clairland, à base d’acide pélargonique. Il obtient de bons résultats, notamment sur la fumeterre, la véronique, la stellaire, le chardon et le laiteron maraîcher. Bayer Jardin Natria et Solabiol, deux produits qui utilisent la même combinaison d’acides, reçoivent des notes acceptables. L’efficacité du Roundup formule biocontrôle Speed et celle de Fertiligène, tous les deux à base d’acide acétique, laisserait à désirer. En comparaison, "le Roundup à base de glyphosate reste sans surprise le plus efficace, puisqu’il se diffuse dans toute la plante et la tue intégralement. Herbicide dit total, il détruit toutes les espèces", selon la journaliste Magali Reinert.

Le Roundup reste de loin le plus toxique des herbicides

Tous ces produits, dits de biocontrôle, ne sont pas sans danger. Les produits Roundup formule biocontrôle et Fertiligène sont les mieux notés sur le critère de leur composition. "S’ils présentent des risques d’irritation pour les yeux et le nez, l’acide acétique est à la même concentration que dans le vinaigre, donc peu concentré", écrit 60 Millions. Bayer Jardin Natria et Solabiol peuvent provoquer des irritations plus sévères, de graves brûlures de la peau, des lésions oculaires et une sévère irritation des yeux, même si les concentrations d’acide sont limitées. Clairland arrive en dernier à cause d’un conservateur toxique, la benzisothiazolinone, nocive en cas d’ingestion et qui peut provoquer une allergie cutanée.

Les essais de 60 Millions sur la biotoxicité n’évaluent pas l’ensemble des risques biologiques sur l’écosystème. Ils portent sur les vers de terre et sur les daphnies, des microcrustacés en milieu aquatique. Aucune mortalité des vers de terre n’a été relevée, ce qui montre que tous respectent la réglementation en vigueur. Le Roundup à base de glyphosate (désormais interdit pour les particuliers) est sans équivoque le plus toxique des herbicides testés. Et 60 Millions de conclure que ces herbicides de biocontrôle ne pourront, seuls, venir à bout de toutes les mauvaises herbes et doivent être utilisés en complément d’autres techniques.

"De l’eau bouillante pour tuer la végétation"

Comme le rappelle le magazine 60 Millions de consommateurs, la chimie a fait son entrée dans les jardins il n’y a finalement que cinquante ans. Et pas dans tous puisque beaucoup d’amateurs s’en sont passés. Première règle pour venir à bout des "mauvaises herbes", l’entretien régulier. "Le mieux est de les éliminer dès qu’elles apparaissent, à l’aide d’une binette ou d’un outil équivalent. Une tonte haute de la pelouse (6-8 cm) limite aussi la germination d’herbes indésirables".

Pour les parcelles cultivées, le magazine 60 Millions conseille également le paillage du sol autour des plantes. Une technique toute simple qui consiste à étaler une couche de déchets du jardin (tailles d’arbustes broyées, feuilles mortes, fleurs fanées, tontes de pelouse). Cette couche de matière organique contribue à un cercle vertueux pour la qualité du sol, produit un engrais naturel et retient l’humidité. Quant aux terrasses et allées, 60 Millions conseille tout simplement l’eau bouillante, "radicale pour tuer la végétation". Et de conclure : "En finir avec la chimie, c’est aussi regarder son jardin comme un écosystème, où des espèces peuvent cohabiter. Même celles qui sont plus utiles aux insectes qu’aux humains".

que faire de vos anciens herbicides ?

Il vous reste des herbicides, insecticides ou autres produits chimiques pour le jardin ? Sachez que la loi qui en a interdit la vente aux particuliers prohibe aussi leur utilisation et leur détention. Bouteilles, bidons ou sprays, pleins ou déjà ouverts, doivent être rapportés dans une déchetterie qui accepte les produits chimiques (liste sur le site ecodds.com/particulier). Attention, vous ne devez surtout pas les jeter à la poubelle, ni vider leur contenu dans les canalisations.

Marie Dupin