BFM Business

GDF Suez va réclamer 290 millions d'euros à ses clients

GDF Suez tire les conséquences d'un arrêt du Conseil d'Etat de juillet dernier.

GDF Suez tire les conséquences d'un arrêt du Conseil d'Etat de juillet dernier. - -

Le groupe énergétique a annoncé, jeudi 2 août, qu'il allait facturer à ses clients 290 millions d'euros pour compenser le gel du prix du gaz fin 2011, une décision du gouvernement Fillon invalidée par le Conseil d'Etat. Mise à jour le 2 août à 10h20

GDF Suez va facturer à ses clients, en premier lieu les 7 millions de ménages utilisant le gaz, 290 millions d'euros supplémentaires. Ce qui devrait représenter 40 euros en moyenne par foyer concerné.

Cette somme correspond au manque à gagner du groupe après la décision du gouvernement Fillon de geler le prix du gaz au quatrième trimestre 2011. Or, cette décision a été annulée par le Conseil d'Etat le 11 juillet dernier.

Lissage de la hausse dans le temps

Le groupe, dont l'Etat détient toujours 36% du capital, tire donc les conséquences de la décision de la haute juridiction administrative. Dans un communiqué publié ce jeudi, GDF Suez affirme qu'il étalera au maximum ce rattrappage afin d'en limiter l'impact.

A vrai dire, il ne pouvait pas faire autrement: mi-juillet, après la décision du Conseil d'Etat, Jean-Marc Ayrault avait affirmé que "le rattrapage serait étalé dans le temps".

Le Premier ministre avait annoncé dans le même temps une hausse de 2% des tarifs réglementés du gaz à compter de juillet (soit l'inflation) alors que GDF Suez réclamait au moins 4,1% et que la Commission de régulation de l'énergie (CRE) évoquait 7,3%. Selon le groupe, cette hausse de 2% va peser pour 30 millions d'euros sur ses résultats. Il s'est déclaré prêt à lancer les "recours appropriés" contre la hausse décidée par le gouvernement.

Réforme des tarifs à l'automne

Face à l'imbroglio des tarifs de l'énergie, les parlementaires socialistes vont déposer à la rentrée une proposition de loi réformant la fixation des tarifs et réformant le tarif social. Le gouvernement a donné son accord pour que la proposition soit examinée rapidement.

Durant la campagne électorale, François Hollande avait promis de revoir les règles d'évolution des prix du gaz.

Patrick Coquidé