BFM Business

Fraude: plus de 140 tonnes de faux miel français écoulées en 3 ans

la DGCCRF a pris en flagrant délit une société de logistique mandatée par une société du Sud de la France pour «maquiller » des fûts de
miel provenant d’Espagne en en remplaçant les étiquettes
par d’autres indiquant une origine France.

la DGCCRF a pris en flagrant délit une société de logistique mandatée par une société du Sud de la France pour «maquiller » des fûts de miel provenant d’Espagne en en remplaçant les étiquettes par d’autres indiquant une origine France. - Fred Tanneau-AFP

Dans son rapport 2018, la DGCCRF révèle un trafic important de miels de différentes origines (UE et Chine) francisés par une entreprise. Plus de 140.000 kg de miel francisé ont été mis sur le marché entre 2015 et 2018, pour un préjudice qui s’élève à plusieurs millions d’euros

Après les kiwis d'origine italienne, présentés comme originaires de France, voici la fraude au miel "francisé". Cette francisation frauduleuse touche une catégorie de produits (issus du miel) souvent desservie par des mentions floues comme "originaires" ou "non originaires de l’Union Européenne". Dans son rapport 2018, la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) révèle une vaste fraude liée à un trafic très important de miels de différentes origines (UE et Chine).

Les enquêteurs de la répression des fraudes ont mis au jour un flagrant délit de francisation de fûts de miel chez un logisticien. "Ce dernier était mandaté par une société du Sud de la France pour maquiller des fûts de miel provenant d’Espagne en en remplaçant les étiquettes par d’autres indiquant une origine France. Ces fûts étaient ensuite livrés à des grossistes et des apiculteurs" explique la DGCCRF.

Un préjudice évalué à plusieurs millions d'euros

Cette tromperie a aussi dupé des apiculteurs sur les espèces florales des miels annoncées, alors qu'ils ont la possibilité de revendre le miel d’autres producteurs à condition que l’information soit sans ambiguïté sur les pots.

Au total, "plus de 140.000 kg de miel francisé ont été mis sur le marché entre 2015 et 2018 par cette entreprise, pour un préjudice qui s’élève à plusieurs millions d’euros", indique le rapport 2018 de la DGCCRF.

Une procédure contentieuse pour tromperie et pratique commerciale trompeuse a été transmise à la justice. En matière de sanction pénale, les peines principales encourues pour ces délits sont l'emprisonnement de deux ans et une amende de 300.000 euros.