BFM Business

États généraux de l'alimentation: Hulot appelle à "mettre les postures de côté"

Nicolas Hulot pense que ces états généraux peuvent donner lieu à "une transformation culturelle"

Nicolas Hulot pense que ces états généraux peuvent donner lieu à "une transformation culturelle" - Martin Bureau - AFP

Le ministre de la Transition écologique estime que les États généraux de l'alimentation, qui ont débuté ce jeudi 20 juillet, peuvent déboucher sur "quelque chose de magnifique".

Les États généraux de l'alimentation peuvent annoncer "quelque chose de magnifique", une "transformation culturelle", a dit jeudi Nicolas Hulot, en appelant tous les acteurs, "de la fourche à la fourchette", à "mettre les postures de côté".

"J'espère qu'aujourd'hui est le début de quelque chose d'inattendu et de magnifique", a dit le ministre de la Transition écologique et solidaire, au premier jour de cette consultation prévue pour durer cinq mois, jusqu'à fin novembre.

Aller vers le "sursaut"

Il serait "dommage" d'avoir "de petites ambitions sur ces États généraux (...) car il y a un alignement de planètes qui, si l'on ne mijote pas nos petits préjugés comme si on avait l'éternité devant nous, peut faire rentrer l'agriculture dans le 21e siècle", a-t-il déclaré. "Si on met les postures de côté, qu'on ne stigmatise personne (...), on peut rentrer dans un nouveau chemin".

Pour lui, "on a choix entre le sursis et le sursaut. Et moi je préfère le sursaut. On peut faire un saut qualitatif tous ensemble, dont la conséquence sera de redonner de la sécurité économique, psychologique et sanitaire aux agriculteurs", a-t-il assuré devant plusieurs centaines de participants issus de l'agroalimentaire, de l'agriculture, de la distribution ainsi que des ONG, des élus et des experts.

J.M. avec AFP