BFM Business

Enorme carton aux Etats-Unis, les hard seltzers peinent encore à décoller en France

Coca-Cola commercialise ses hard seltzers sous le nom Topo Chico

Coca-Cola commercialise ses hard seltzers sous le nom Topo Chico - Topo Chico

Encore inconnues il y a un an, ces boissons qui combinent eau gazeuse aromatisée peu sucrée et une dose d'alcool entre 4 et 6% ont débarqué dans nos grandes surfaces. Mais les Français ne sont pas encore convaincus.

C'est une recette un peu étrange qui a pourtant fait florès aux Etats-Unis. Une eau gazeuse cristalline mais aromatisée et surtout une dose d'alcool proche de celle d'une bière, entre 4 et 6%: voici les hard seltzers.

Vendus en canettes, ils ont débarqué depuis quelques mois en France, espérant reproduire l'engouement américain. Outre-Atlantique, ces boissons ont été une petite révolution en prenant 1% du marché de l'alcool, soit environ six milliards de dollars, dans un pays qui a laissé peu de place aux innovations ces dernières décennies.

Mais en France, la météo médiocre et la crise sanitaire n'ont pas facilité le démarrage des hard seltzers. En janvier et mai, ces produits ont dégagé 246.000 euros de chiffre d'affaires selon le cabinet Nielsen. Selon LSA, ils n'ont généré que 27 euros par hypermarché chaque semaine, alors que 7 références y sont vendues en moyenne. Le panéliste Iri a néanmoins observé un décollage avec le début de la belle saison: 857.000 euros de chiffres d'affaires entre janvier et juillet. Les premiers mois de l'été et la réouverture des bars et restaurants a donc donné un coup de fouet aux ventes.

Coca-Cola, Bacardi-Martini, Pernod Ricard...

Ce marché est estimé 132 millions d'euros l'année prochaine, selon les professionnels du secteur.

De nombreux acteurs se sont en effet positionnés sur ce secteur: Coca-Cola, Bacardi-Martini ou encore Pernod Ricard pour un produit destiné surtout aux millenials de 25 à 45 ans qui cherchent une boisson alcoolisée peu calorique, comparée aux bières. En parallèle, des brasseries locales françaises (Natz, Opéan…) ont aussi lancé leurs produits.

Son prix pourrait néanmoins freiner cette croissance: vendus en moyenne 5,70 euros le litre en hypermarché, les hard seltzer sont par exemple bien plus onéreux que la bière dont le prix moyen tourne autour de 2,70 euros le litre.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business