BFM Business

E.Leclerc rappelle des lots de haricots verts surgelés à cause d'une plante toxique

Des lots de haricots verts très fins surgelés en sachet de la marque Notre Jardin des magasins E.Leclerc ont été rappelés à cause d’un d’un risque de présence d’une plante toxique, la Datura.

Des lots de haricots verts très fins surgelés en sachet de la marque Notre Jardin des magasins E.Leclerc ont été rappelés à cause d’un d’un risque de présence d’une plante toxique, la Datura. - Rémy Galbada-AFP

Plusieurs lots de haricots verts très fins surgelés "Notre jardin" de la marque Repère propre aux magasins E.Leclerc sont rappelés à cause d'un risque de contamination par du datura, une plante herbacée toxique.

E.Leclerc procède au rappel de plusieurs lots de haricots verts très fin surgelés, vendus en conditionnement de sachet d'un kilogramme (cf photo ci-dessous). Les produits incriminés (marque "Notre Jardin" associée à la marque Repères, propre à l'enseigne) présentent un risque de présence d'une plante herbacée toxique, le datura, que l'on trouve dans les champs.

Comme l'avis de rappel de l'enseigne le précise, celle-ci contient dans es graines "de fortes teneurs en alcaloïdes tropaniques (atropine et scopolamine), des substances naturelles d'origine végétale utilisées en pharmacologie. Mais, ces alcaloïdes sont toxiques, ils ont des effets sur le système nerveux central (excitation, hallucination désorientation) sur la vision et sur le coeur (tachycardie)."

-
- © E.Leclerc

Les seuls produits concernés sont ceux portant les numéros de lot: 8352M – 12/2020 - 8031M – 12/2019 et 01/2020. L'enseigne dispose d'un numéro d'appel gratuit (0800 86 52 86) pour renseigner les consommateurs inquiets à la suite de la publcation de avis de rappel.

Un rappel précédent incriminant la présence de datura, cette fois-ci dans de la farine, avait été signalé en Martinique, en février 2019, comme le rappelle le quotidien Le Parisien. Le risque de contamination du sarrasin par la graine de datura est connu par les producteurs, souligne le ministère de l'agriculture dans un avis tout récent, daté du 5 mars 2019.

Frédéric Bergé