BFM Business

Diageo-United Spirit: naissance d'un géant de l'alcool

Diageo, le géant britannique des alcools et spiritueux fait le pari de la renaissance du marché asiatique.

Diageo, le géant britannique des alcools et spiritueux fait le pari de la renaissance du marché asiatique. - -

Le géant britannique des alcools et spiritueux a annoncé ce mardi 15 avril passer de 28% à 53% de participation dans son homologue indien United Spirits. Le groupe devient ainsi un mastodonte.

A l'heure de la formation de géants dans l'automobile et les , les alcools et spiritueux opèrent eux aussi leur mouvement de consolidation via de vastes opérations de fusions-acquisitions.

Diageo, le géant britannique du secteur, vient d'annoncer, mardi 15 avril, son intention d'acquérir une participation de 26%, en plus des 28% qu'il détient déjà, dans l'indien United Spirits pour en prendre le contrôle.

Si on le connaît peu en France, United Spirits est une pointure en Asie, et le numéro un mondial en terme de volumes. La proie est le spécialiste du whisky indien, qui dispose de quelques labels de scotch et de beaucoup de brandy. 140 marques au total. Les deux avaient noué un accord en deux temps en novembre 2012 qui devait mener Diageo à prendre plus de 53% de l'Indien.

Reprise du marché asiatique

Avec cette acquisition, Diageo qui détient la vodka Smirnoff, le whisky Johnnie Walker ou la bière Guiness, aura une porte d'entrée directe sur le plus gros marché du whisky du monde. Un marché qui pèse près de 4 milliards de dollars, selon Nomura.

Les groupes d'alcool et de spiritueux ont beaucoup souffert en 2013 des lois anticorruption en Chine qui ont beaucoup limité les petits cadeaux entre hommes d'affaires et hommes politiques, et qui ont rendu le marché asiatique moins profitable. Mais Diageo fait le pari de la renaissance de ce marché sur des bases plus saines.

Le Britannique se démarque en outre du mouvement impulsé par Lafarge et Holcim, ces grands groupes du nord qui fusionnent entre forts pour résister à la concurrence des pays émergents. Ici, le britannique va chercher directement sa source de croissance dans ces zones.

Antoine Larigaudrie et BFMbusiness.com