BFM Business

Des marinières pour les JMJ qui agacent Armor Lux

Armor Lux produit 500.000 marinières par an (image d'illustration)

Armor Lux produit 500.000 marinières par an (image d'illustration) - Fred Tanneau - AFP

Invoquant des raisons de temps et d'argent, le diocèse de Rennes a commandé via une association 20.000 marinières fabriquées au Bangladesh. Ce qui irrite Armor Lux dont le patron a écrit aux responsables de cette décision.

Lors des JMJ de Cracovie (qui auront lieu du 18 juillet au 2 août), 20.000 jeunes catholiques français porteront des marinières…made in Bangladesh. En effet, l'association Silo, chargée de gérer les projets de jeunes dans le diocèse de Rennes, voulait que la délégation française puisse porter un seul même vêtement, comme les Italiens, rapporte le Télégramme.

Pour cela, elle a centralisé les demandes des autres diocèses de France a eu recours à la société rennaise Home Diffusion qui a elle-même sous-traité auprès d'un industriel du Bangladesh "pour pouvoir proposer un prix raisonnable aux jeunes pèlerins (9,90 euros) trois à quatre fois moins cher qu'un made in France". "Et puis trouvez-moi une entreprise française capable de fabriquer 20.000 marinières", déclare Régis Guy, le directeur de Silo.

La colère du patron d'Armor Lux

Des propos qui ont provoqué l'ire de Jean-Guy Le Floch, le patron d'Armor Lux, entreprise célèbre pour ses marinières qui ont notamment habillé Arnaud Montebourg du temps où il était ministre. Le PDG de la société quimpéroise a ainsi écrit à Régis Guy pour lui faire part de son mécontentement. "Notre capacité journalière est d’environ 2.000 à 3.000 marinières par jour. Votre marché représente pour notre usine 5 à 8 jours de travail", explique-t-il balayant d'un revers de la main l'argument des 20.000 marinières.

La question du prix est également, selon lui, un faux problème. « Vous verrez que nos prix, pour une série de 20.000 pièces, ne seront pas si différents de celui que vous avez négocié avec le Bangladesh", affirme-t-il dans sa missive, sentant probablement qu'une grosse commande lui a échappé.

J.M.