BFM Business

Decathlon veut se développer dans les villes moyennes

Decathlon veut mieux coller aux nouveau mode de consommation des consommateurs

Decathlon veut mieux coller aux nouveau mode de consommation des consommateurs - Philippe Huguen - AFP

Nicolas Roques, directeur des filiales du groupe, explique aux Échos vouloir ouvrir cinquante magasins dans les villes de plus de 40.000 habitants. Il mise pour cela sur son format Decathlon Essentiel.

Decathlon veut mieux coller aux nouvelles habitudes. "Les gens veulent consommer de plus en plus près de chez eux", indique ainsi aux Échos, Nicolas Roques, le directeur des filiales du distributeur d'articles de sport.

Pour cela, l'entreprise détenue par la famille Mulliez va se développer dans les villes de taille moyenne (environ 40.000 habitants). Elle compte d'abord transformer ses 25 magasins Decathlon Easy (la marque qui a succédé à Koodza, l'enseigne discount du groupe Decathlon) en Decathlon Essentiel, où l'on retrouve l'essentiel de l'offre des grands points de vente du groupe.

Une dizaine d'ouvertures par an

Les magasins adopteront ainsi l'agencement classique des principaux magasins Decathlon et proposeront 70 sports contre 35 actuellement pour les Decathlon Easy.

Ce format va ensuite être développé avec l'ouverture d'une cinquantaine de magasins dans des villes de taille moyenne, à raison d'une dizaine d'ouvertures par an. Le but de ce type de magasin est de "se mettre dans le flux et de se trouver sur le trajet de courses du consommateur", indique Nicolas Roques. Une rupture par rapport aux magasins traditionnels du groupe, qui sont, rappellent les Échos, des magasins de "destination", qui motivent le déplacement du consommateur.

De par ce positionnement, Decathlon entend à la fois concurrencer son rival Intersport, qui a déjà ciblé les villes de taille moyenne, mais aussi certains rayons des grandes surfaces implantées localement.

J.M.