BFM Business

Crise du lait: des actions devant 15 usines Lactalis

Des actions sont prévues devant les sites Lactalis.

Des actions sont prévues devant les sites Lactalis. - Jean-Pierre Muller - AFP

La FNSEA a annoncé une grosse journée de mobilisation ce lundi 29 août. Dès 20h00, des actions sont prévues devant une quinzaine de sites du leader mondial des produits laitiers.

La FNSEA avait prévenu qu'elle prévoyait une grosse journée de mobilisation. Le 1er syndicat agricole vient d'annoncer qu'il organiserait des actions devant une quinzaine d'usines de Lactalis à partir de 20H00 ce lundi 29 août afin d'obtenir la reprise des négociations sur le prix du lait entre le géant industriel et les organisations de producteurs.

"Toutes les régions sont mobilisées", et le mouvement ne s'arrêtera que lorsque les discussions avec Lactalis reprendront, a déclaré à l'AFP le secrétaire général de la FNSEA Dominique Barrault. Les actions devant les usines seront accompagnées d'opération de sensibilisation des consommateurs qui débuteront dans l'après-midi.

Des "circulations de tracteurs" sont par exemple prévues près de sites Lactalis en Haute-Saône, ainsi qu'un "sit-in" en Bretagne à Cesson-Sévigné, près de Rennes. Les sections locales de la FDSEA doivent détailler dans l'après-midi les actions exactes qu'elles prévoient.

Des agriculteurs se rendront dans des supermarchés en Bretagne, dans le Grand Est, les Hauts-de-France ou en Rhône-Alpes pour sensibiliser les consommateurs, avec par exemple des opérations de "stickage" (pose d'autocollants portant des slogans anti-Lactalis sur les produits du groupe), a expliqué Dominique Barrau.

Faire remonter les prix d'achat

La FNSEA avait annoncé dimanche cette mobilisation pour tenter de forcer le n°1 mondial du lait à remonter ses prix d'achat, après l'échec de deux sessions de négociations, jeudi à Paris et vendredi à Laval. En élargissant le combat à l'ensemble du pays, les producteurs de lait cherchent à augmenter la pression sur Lactalis, resté silencieux depuis vendredi.

Le groupe laitier avait alors proposé une augmentation de 15 euros la tonne de lait à compter du 1er septembre, soit environ 271 euros, une proposition perçue comme un véritable camouflet par les agriculteurs, qui estiment leur coût de production à 300-320 euros au minimum la tonne.

Un producteur sur cinq en France travaille pour Lactalis soit 20% de la collecte française, ou 5 milliards de litres de lait collectés sur un total de 25 milliards produits annuellement en France. L'entreprise commercialise notamment les marques Lactel, Bridel, Président, Lanquetot et Roquefort Société.

D. L. avec AFP