BFM Eco

Coronavirus: Ryanair supprime 250 emplois administratifs en Europe

Ces suppressions de poste passeront par des fins de contrats, des démissions et des licenciements, précise le groupe

Ces suppressions de poste passeront par des fins de contrats, des démissions et des licenciements, précise le groupe - AFP

La compagnie aérienne Ryanair a annoncé vendredi la suppression de 250 emplois administratifs dans ses bureaux à Dublin, Stansted près de Londres, Madrid et Wroclaw en Pologne en raison de la chute d'activité du fait de la pandémie de coronavirus.

Ryanair avait déjà dit début mai vouloir supprimer 3000 postes, essentiellement des pilotes et personnels de cabine, soit 15% de ses effectifs totaux. Ce vendredi, le transporteur irlandais à bas coût a annoncé la suppression de 250 emplois administratifs dans plusieurs pays européens. Cette décision a été prise en raison de la chute d'activité provoquée par la pandémie de coronavirus.

Ryanair explique vendredi dans un communiqué que les postes administratifs supprimés concernent ses bureaux à Dublin, Stansted près de Londres, Madrid et Wroclaw en Pologne.

"Bien que nous prévoyions de rouvrir nos bureaux à partir du 1er juin prochain, nous n'aurons pas besoin du même nombre de membres du personnel dans une année où nous transporterons moins de 100 millions de passagers", contre 155 millions initialement prévus, souligne le directeur du personnel Darrell Hughes.

Reprendre 40% des vols à partir de juillet

Ces suppressions de poste passeront par des fins de contrats, des démissions et des licenciements, précise le groupe.

Ryanair indique par ailleurs être toujours en discussions avec les syndicats de pilotes et personnel de bord en Europe pour boucler le plan de 3000 suppressions d'emplois et de 20% de baisse ses salaires.

La pandémie de coronavirus a porté un coup d'arrêt brutal au trafic aérien depuis le mois de mars, fragilisant de nombreuses compagnies au prix de suppressions d'emplois par milliers.

Ryanair entend toutefois reprendre 40% de ses vols à partir de juillet à condition que les gouvernements rouvrent les frontières et en mettant en place des mesures sanitaires comme le port du masque et des contrôles de température.

P.S. avec AFP