BFM Business

Cointreau et Diageo, victimes des mesures anti-corruption chinoises

Les ventes du cognac de Cointreau, le Rémy Martin, sont en chute de 23,4% en 2013.

Les ventes du cognac de Cointreau, le Rémy Martin, sont en chute de 23,4% en 2013. - -

Les deux groupes ont publié des résultats en baisse en Chine, ce jeudi 17 avril. Si Diageo se rattrape grâce à des ventes en hausse, Cointreau anticipe une chute de 35 à 45% de son résultat opérationnel courant.

La fête s'achève pour les officiels chinois… Et pour les marques qui leur vendaient de l'alcool. En raison des mesures anti-corruption prises par le gouvernement de Xi Jinping, les dépenses des élus chinois sont beaucoup plus surveillées.

Tout le monde ne peut pas s'en réjouir: après Diageo et LVMH, Rémy Cointreau a annoncé, ce jeudi 17 avril, que ses ventes mondiales étaient en chute de 13,8% en 2013.

Pourtant, les résultats du groupe sont en hausse partout dans le monde, sauf en Chine. Mais le marché chinois avait nourri la croissance du groupe depuis quatre ans. Les ventes du cognac Rémy Martin, particulièrement prisé par la classe supérieure chinoise, sont en baisse de 23,4%, à 551,2 millions d'unités.

Diageo s'en tire mieux que Rémy Cointreau

"Rémy Martin a été pénalisé, tout au long de l'exercice, par la politique anti-ostentatoire du gouvernement chinois, qui pèse sur la consommation de spiritueux haut de gamme", explique le groupe dans un communiqué.

La marque a donc dû émettre un deuxième avertissement sur résultats, et anticipe une chute comprise entre 35 et 40% de son résultat opérationnel courant.

Diageo, propriétaire du whisky Johnnie Walker, de la vodka Smirnoff et d'une partie du fabricant de baiju Shuijingfang, a de son côté vu sa croissance reculer de 1,3% lors des trois premiers mois de l'année, plombé par une chute de 19% en Asie. En 2013, il maintient une croissance de 0,3%.

Comme le rapporte la presse locale, le gouvernement chinois compte intensifier ses mesures anti-corruption. Les deux groupes ont tiré les leçons d'une année douloureuse, et se focalisent désormais davantage sur le marché indien.

Joseph Sotinel avec agences