BFM Business

Champagne: les ventes baissent, minées par la conjoncture

Le champagne a vu ses ventes reculer en France et en Europe, au cours du premier semestre.

Le champagne a vu ses ventes reculer en France et en Europe, au cours du premier semestre. - -

Les expéditions de Champagne ont chuté de 3,1% au premier semestre, selon les chiffres publiés jeudi 14 août par le Comité interprofessionnel du vin de champagne. Dans le même temps, une récolte prometteuse pour cette saison va entraîner une hausse de la production.

Le Champagne se vend moins bien. Selon les chiffres du premier semestre 2013 publiés, jeudi 14 août, par le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), les expéditions du précieux alcool ont reculé de 3,1%.

"Les ventes de champagne reflètent assez bien le rythme économique de la France et de l'Europe (qui viennent à peine de sortir de la récession, ndlr) mais cette baisse est amortie par une progression continue des expéditions vers le grand export", a expliqué à l'AFP Thibaut le Mailloux, porte-parole du CIVC.

En effet, pour les six premiers mois de l'année 2013, le volume des ventes de champagne a baissé de 7,1% dans les pays de l'Union Européenne et de 5,1% en France, par rapport au premier semestre 2012.

En revanche, les expéditions dans les pays tiers (hors UE), qui représentent 20% des ventes totales, ont bondi de 6,8%, limitant ainsi la baisse générale.

Vers une récolte de 3 millions d'hectolitres

"Le grand export continue à croître à des taux rassurants, d'autant que ces pays sont amateurs de cuvées de prestige fortes en valeur, ce qui devrait nous permettre de conserver un bon chiffre d'affaires", a poursuivi Thibaut le Mailloux.

"L'inquiétude n'est pas de mise, nous restons dans des volumes de plus de 300 millions de bouteilles ce qui constitue une performance proche des niveaux historiques", a-t-il ajouté.

Ce qui est d'autant plus important que la récolte à venir est prometteuse. Selon les chiffres publiés par le ministère de l'Agriculture. La production va augmenter de 56%, cette année, en raison de conditions climatiques plus favorables qu'en 2012. Le ministère s’attend ainsi à une production de 3,1 millions d’hectolitres pour 2013, contre seulement 1,9 million produit en 2012.

Mais pour les consommateurs, le prix du champagne ne diminuera pas pour autant. Les producteurs se sont mis d’accord pour qu’un éventuel surplus de production soit utilisé pour compléter les anciennes réserves millésimées au lieu d’être mis en bouteille.

J.M. avec AFP