BFM Business

Cette taxe pourrait augmenter de 50% le prix du Coca à Philadelphie

Toutes les boissons sucrées seraient concernées : sodas non allégés, boissons énergisantes et thés glacés.

Toutes les boissons sucrées seraient concernées : sodas non allégés, boissons énergisantes et thés glacés. - Flickr CC - Deedeeannette

"Le maire de Philadelphie propose de taxer les boissons sucrées afin de financer les écoles maternelles et d’autres services publics rendus par la Ville."

À Philadelphie, le surpoids de certains citoyens préoccupe les autorités. À tel point que le maire de la ville, Jim Kenney, propose de taxer considérablement les sodas sucrés: un peu plus d’un dollar le litre. C’est trois fois plus que la taxe similaire déjà appliquée à Berkeley, en Californie, seule ville où une telle taxe s’applique déjà. La mesure doit être discutée par le conseil municipal de Philadelphie, ses membres se prononceront au mois de juin sur son adoption ou non. Si elle est votée, cette nouvelle taxe pourrait élever le prix d’une canette de Coca-Cola de 50%.

Toutes les boissons sucrées seraient concernées: sodas non allégés, boissons énergisantes et thés glacés, rapporte le Wall Street Journal. Les sommes perçues par la mairie sont destinées à financer les écoles maternelles et d’autres services publics.

Pression des lobbies

Membre du conseil municipal, Blondell Reynolds Brown propose une alternative: taxer les contenants de boissons, à hauteur de 15 centimes chacun. À la différence de la proposition du maire, cette mesure concernera plus de boissons, mais rapporterait moins si l’on rapporte le montant à l’unité vendue, rapporte la presse locale

Évidemment, les lobbies s’affairent pour empêcher une telle disposition fiscale de voir le jour à Philadelphie. Regroupés au sein de l’American Beverage Association, des dizaines d’industriels dont Coca-Cola, Pepsi ou Dr Pepper ont investi conjointement plus de 3 millions de dollars en publicités audiovisuelles pour convaincre de l’inutilité de cette taxe. Elles sont rejointes dans leur lutte par un groupe de distributeurs et de restaurants locaux, qui alertent sur le risque de montée en flèche des prix, pouvant, selon eux, mener à des destructions d’emplois et impactant durement le pouvoir d’achat des plus pauvres. D’autant que le niveau des ventes de sodas baisse déjà légèrement : -1,2% en 2015.

Innover plutôt que taxer

Les industriels prônent une innovation sur la taille des contenants, éventuellement plus petits, et sur les recettes afin qu’elles soient moins caloriques, plutôt qu’une taxation.

Le surpoids et a fortiori l’obésité sont des problèmes de santé publique majeurs outre-Atlantique. Selon des données produites par l’OMS, 66,3% des Américains étaient en surpoids en 2013, contre 54,8% en 1990. L’Américain moyen pèse 11 kilos de plus qu’en 1960.

A.R.