BFM Business

Casino autorisé à racheter Monoprix... sous conditions

Casino est désormais le seul propriétaire des enseignes Monoprix, Monop' et Franprix.

Casino est désormais le seul propriétaire des enseignes Monoprix, Monop' et Franprix. - -

L'Autorité de la concurrence a accepté, ce mercredi 10 juillet, la fusion de Casino et Monoprix, à condition que plus d'une cinquantaine de magasins soient vendus.

L'Autorité de la concurrence, a rendu ce mercredi 10 juillet un jugement positif sur la fusion Monoprix - Casino. Mais elle y a assorti une condition: la vente de 55 magasins à Paris (58 sur l'ensemble du réseau). L'essentiel des boutiques cédées seraient des Franprix et des Monop'.

Aucun magasin Monoprix, l'enseigne la plus rentable du groupe, n'est concerné par l'obligation de fermeture.

Le groupe de Jean-Charles Naouri possédait déjà la moitié du capital du distributeur citadin, à parité avec les Galeries Lafayette. Au 1er janvier 2012, Casino obtenait une option d'achat sur les parts de son coactionnaire.

Un bras-de-fer de six mois entre coactionnaires

Une bataille économico-judiciaire entre partenaires s'était alors engagée sur le prix de Monoprix, qui avait nécessité l'ouverture d'une conciliation sous l'égide du président du tribunal de commerce de Paris. Les deux groupes avaient finalement annoncé en juin 2012 avoir trouvé un accord sur un prix de rachat de 1,18 milliard d'euros.

Sur le même sujet

Mais en mars, l'Autorité de la concurrence avait ouvert une enquête, invoquant des "doutes sérieux" sur une éventuelle position monopolistique. Elle constatait en janvier que le groupe Casino, fusionné avec Monoprix, détenait plus de la moitié du marché parisien, une part au moins trois fois supérieure à celle de son principal concurrent.

Nina Godart