BFM Business

Bruxelles ouvre une enquête sur Casino et Intermarché pour une possible collusion sur les prix

-

- - AFP

La Commission européenne enquête sur les pratiques anticoncurrentielles des deux groupes français de grande distribution. Elle les soupçonne d'avoir "coordonné leurs comportements sur le marché, en violation des règles de concurrence de l'UE".

La Commission européenne a ouvert une enquête lundi sur une possible collusion entre deux grands distributeurs français, Casino, et Les Mousquetaires ("Intermarché"), qui entraînerait potentiellement une violation des règles de la concurrence de l'UE.

L'exécutif européen soupçonne que Casino et Intermarché, qui ont créé une centrale d'achats commune baptisée INCAA, en novembre 2014, aient notamment coordonné leurs politiques de prix à l'égard des consommateurs, ce qui enfreindrait le droit à la concurrence.

Dans un communiqué publié ce lundi, la commissaire chargée de la politique de concurrence Margrethe Vestager a estimé que "les alliances aux achats sont devenues essentielles pour les chaînes de grande distribution. Elles permettent d'offrir de meilleurs prix pour les produits de marques alimentaires et d'hygiène, que les consommateurs achètent quotidiennement. De tels avantages peuvent toutefois disparaître rapidement si les détaillants utilisent ces alliances pour s'entendre sur leurs activités de vente. Par conséquent, l'enquête de Commission visera à déterminer si Casino et Intermarché ont coordonné leurs activités de manière anticoncurrentielle".

Entente sur les prix?

"La Commission cherchera à déterminer si Casino et Intermarché ont coordonné leurs activités relatives au développement de leurs réseaux de magasins et leurs politiques de prix à l'égard des consommateurs", précise par ailleurs le communiqué. "Si elle est avérée, cette coordination constitue potentiellement une infraction aux règles concernant les accords anticoncurrentiels entre entreprises (article 101 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne)".

Pour l'heure, aucun délai légal n'est prévu quant à la clôture de cette enquête qui s'inscrit, rappelle Bruxelles, dans le cadre des efforts de la Commission destinés à faire en sorte que la modernisation du secteur de la grande distribution profite aux consommateurs. Sa durée dépendra, par ailleurs, de divers éléments, dont notamment la complexité de l'affaire et le degré de coopération avec la Commission des entreprises en cause.

En février 2017 ainsi qu'en mai 2019, la Commission avait déjà effectué des inspections inopinées dans les locaux de Casino et d'Intermarché. Des inspections qui, à l'époque, l'avait conduite à ouvrir cette enquête formelle.

JCH avec AFP