BFM Business

Blablacar trace sa route en Inde

Convertir les Indiens au covoiturage, le nouveau pari de Blablacar

Convertir les Indiens au covoiturage, le nouveau pari de Blablacar - Sajjad Hussain - AFP

Grâce aux 100 millions de dollars levés l’an dernier, le site de covoiturage Blablacar poursuit sa conquête du monde. Son PDG Frédéric Mazella dévoile, en avant-première sur BFM Business ce mercredi, son intention de se lancer en Inde. Un marché au potentiel immense, qui lui ouvre les portes de l’Asie.

Jusqu'où Blablacar va-t-il exporter son modèle de covoiturage? Loin, très loin ! Déjà présent dans 14 pays, principalement en Europe, le champion français veut désormais s'implanter en Asie. L'année 2015 démarre fort avec son lancement en Inde.

Cette nouvelle implantation s’inscrit dans la stratégie de son PDG Frédéric Mazella, invité ce 14 janvier de Good Morning. Pour devenir le numéro 1 mondial, il entend installer Blablacar "partout où il y a des routes et des téléphones portables". Cela tombe bien, l'Inde, avec ses 40 millions de voitures et 71.000 km d’autoroutes, présente un potentiel énorme.

Pour autant, le pari est risqué puisque là-bas, le covoiturage est un concept assez nouveau. Les déplacements longue distance s'y font essentiellement en car. Quelque 1.500 compagnies de bus desservent 80.000 trajets à travers le pays. La demande est telle, qu’il n’est pas rare de voir les voyageurs réserver leur place plusieurs semaines à l'avance pour aller rendre visite à leur famille. Même chose pour les trains qui affichent souvent complets.

Révolutionner les modes de déplacement

Et la voiture ? C'est un moyen de transport très coûteux : les Indiens, sont ceux qui dépensent le plus au monde pour l’essence en fonction de leurs revenus. Une réalité qui a convaincu Blablacar de la pertinence de son choix: "Le marché du covoiturage entre grandes villes en Inde représente une formidable opportunité, étant donné que les conducteurs indiens sont déjà enclins à partager leurs frais de route" estime Nicolas Brusson le cofondateur de BlaBlaCar.

Son objectif est d'imposer le covoiturage comme une alternative économique auprès des classes moyennes qui souhaitent se déplacer confortablement, y compris à la dernière minute. Le site compte se faire une place sur les trajets récurrents de 3 ou 4 heures du type New Delhi- Jaipur (270 km).

La population indienne, jeune et très connectée, devrait notamment être séduite par l'application mobile développée par Blablacar et peut-être donner naissance à une communauté de confiance, à l'instar des 10 millions de membres déjà actifs dans le monde.

Ses premiers pas en Asie

L'avenir du champion européen du covoiturage se dessine donc à l'international. Ces derniers mois, il a réussi à s'implanter avec succès en Turquie, en Russie et en Ukraine. Son lancement au pays de Tata marque une nouvelle étape, tournée vers l'Asie.

Quels seront les prochains pays sur la liste de Frédéric Mazzella? Le Vietnam avec ses 117% de taux d'équipement mobile ou la Thaïlande avec ses 67 millions d'habitants? Tout est envisageable car avec les 100 millions de dollars levés en juillet dernier auprès d' Isai, Blablacar a désormais les moyens de financer toutes ses ambitions. 

Charlyne Legris