BFM Business

Bic s'allie avec Amazon pour rebondir dans les rasoirs aux États-Unis

Bic noue un partenariat avec Amazon

Bic noue un partenariat avec Amazon - JACQUES DEMARTHON / AFP

Le groupe français va vendre une nouvelle marque de rasoirs uniquement en ligne aux États-Unis dans le cadre de son plan de transformation visant à se rapprocher de ses clients via les outils numériques.

Bic a annoncé ce mercredi un partenariat avec Amazon pour vendre une nouvelle marque de rasoirs uniquement en ligne aux États-Unis, ce qui constitue une nouvelle tentative du groupe français de s'adapter à ce marché bouleversé par le e-commerce.

Ce partenariat s'inscrit aussi dans le prolongement direct du plan de transformation de Bic annoncé en début d'année, visant notamment à rapprocher davantage le groupe de ses clients finaux grâce aux nouveaux outils numériques.

Appelée "Made for YOU", la nouvelle marque de rasoirs Bic aux Etats-Unis sera exclusivement vendue sur Amazon. Elle proposera dans un premier temps un seul rasoir 5 lames, rechargeable et unisexe, selon un communiqué.

Ventes de rasoirs en chute de 4,7%

L'activité de Bic dans les rasoirs est à la peine depuis deux ans, et en particulier aux États-Unis, où de nombreux nouveaux acteurs en ligne ont pénétré ce marché avec des offres par abonnement, faisant nettement baisser les prix et chuter le segment du non-rechargeable.

L'an dernier, les ventes mondiales de rasoirs de Bic ont fléchi de 4,7% à 438 millions d'euros (+1,7% à taux de change et périmètre constants), après un recul de 2,7% l'année précédente. Le groupe avait déjà commencé à réagir dès 2017 en lançant sa propre offre de souscription en ligne dans les rasoirs, le "Bic Shave Club", d'abord en France puis au Royaume-Uni.

Dans le cadre de son plan de transformation à horizon 2022, Bic a annoncé début juin son intention de supprimer 450 postes dans ses fonctions administratives, dont une centaine à son siège de Clichy (Hauts-de-Seine), tout en prévoyant de créer en parallèle 400 nouveaux emplois dans les nouveaux métiers du numérique, dont près de la moitié en Bulgarie.

Paul Louis avec AFP