BFM Business

Avec Supeco, Carrefour retente sa chance dans le discount en France

-

- - PHILIPPE HUGUEN / AFP

En septembre, le distributeur va ouvrir deux magasins reprenant un concept qui a fait ses preuves en Espagne.

Carrefour va tester à partir de septembre en France deux magasins de "discount soft" à l'enseigne Supeco, après avoir pourtant quitter ce créneau en cédant l'an dernier son parc de magasins Dia, a-t-on appris mercredi auprès du groupe. 

"Deux magasins de type discount soft ouvriront en test en septembre dans le Nord, le premier à Valenciennes le mercredi 4", conformément aux axes du plan de transformation initié en janvier 2018 par le PDG du distributeur Alexandre Bompard, a précisé à l'AFP une porte-parole de Carrefour, confirmant repérée par le spécialiste de la grande distribution Olivier Dauvers début août

Il ne s'agira pas à proprement parler d'une enseigne stricte de discount, un type de commerce proposant une offre réduite à des prix très compétitifs (Lidl, Aldi). Mais des magasins où seront disponibles "des produits de qualité à bas prix et beaucoup de (produits) frais", a-t-elle ajouté.

Fermeture de Dia

En dévoilant les grands axes de son plan de transformation, six mois après être arrivé à la tête de Carrefour, Alexandre Bompard avait annoncé son intention de développer le format "cash and carry". Ces magasins "cash and carry", qui se présentent souvent sous forme d'entrepôts, permettent aux clients d'acheter en gros, et donc à bas prix, et en libre-service.

Chez Carrefour, ce format enregistre de bonnes performances au Brésil sous l'enseigne Atacadao. En Europe, Supeco est surtout présent en Espagne mais aussi en Roumanie, en Italie et en Pologne, avec un total de 41 magasins à la fin du premier semestre 2019. 

Le distributeur, engagé depuis plus de 18 mois dans une mutation profonde, a réduit d'un peu plus de moitié sa perte nette au premier semestre 2019, à 399 millions d'euros contre 861 millions un an plus tôt. L'an dernier, Carrefour avait fermé son enseigne discount Dia, entraînant le licenciement de quelque 1.500 personnes.

JM avec AFP