BFM Business

Antoine Griezmann n'est pas (encore) champion du monde de la publicité

Antoine Griezmann est devenu la coqueluche française des annonceurs ces dernières années. Et s'il n'est pas le Bleu à qui les marques versent le plus d'argent, ses recettes publicitaires devraient exploser dans les prochains mois.

Gillette, Head & Shoulders, Puma, Huawei, Electronic Arts… À la mi-temps des matchs, on voyait le blondinet de l'Atletico Madrid presque dans un spot sur trois. Antoine Griezmann, le plus "bankable" des Bleus, selon le classement Forbes de ce mardi, n'est pourtant pas celui qui gagne le plus grâce à la publicité.

Sur ses 21 millions d'euros de revenus annuels, l'attaquant toucherait "seulement" 3 millions de revenus publicitaires, contre 5 millions pour son coéquipier Paul Pogba. Notamment parce que le contrat avec son équipementier personnel, Puma, ne lui rapporte "que" un million d'euros, quatre fois moins que celui de Pogba avec Adidas.

Le numéro 6 des Bleus a beaucoup mieux négocié le sien. Après avoir longtemps joué sans équipementier, son agent est parvenu à dégoter ce contrat en or avec la marque aux trois bandes il y a tout juste deux ans. Griezmann de son côté, est équipé par Puma depuis ses débuts, bien avant que sa notoriété n'explose, et son contrat court jusqu'en 2022, sans renégociation automatique.

Puma va devoir payer plus

Mais les deux parties ont relancé les discussions déjà avant la Coupe du Monde, après que le joueur de 27 ans a envoyé quelques messages en arpentant les terrains chaussés d'anciens modèles ou de crampons noirs. Le numéro 7 des Bleus, qui a déjà remporté cette année l'Europa League avec son club, est devenu Champion du Monde entre-temps.

Autant dire que Puma va devoir sérieusement renchérir pour le garder. Comme sans doute toutes les marques avec lesquelles Grizi collabore, et celles qui vont vouloir utiliser son image. Celle qu'il a notamment acquis en Russie, d'un "patron qui accepte sans arrière-pensées de partager la tête d’affiche avec plaisir, qui incarne vraiment cette victoire du collectif et de la bonne humeur", décrit le PDG de l'agence de marketing d'influence Advent, Jérôme Neveu, dans Forbes.

Pour décupler ce potentiel égérique exponentiel, le numéro 7 français maîtrise totalement l'autobranding sur les réseaux sociaux. 7,5 millions d'abonnés sur Facebook, 5,4 sur Twitter et près de 20 sur Instagram, que Griezmann couvre d'attentions. De quoi peut-être atteindre un jour le rendement des posts de Cristiano Ronaldo, champion de la catégorie en 2018, qui facture 200.000 euros le tweet commercial envoyé à ses 41 millions de followers.

En tout cas, qu'on lui colle l'étiquette de "bête marketing" fait rigoler Griezmann, comme il le disait juste après la finale sur Eurosport: "Je peux comprendre parce qu'on me voit toutes les dix minutes sur les spots publicitaires. Je suis désolé. J'ai envie qu'on me connaisse, que tout le monde soit fier de moi".

Nina Godart