BFM Business

Andros, Lactalis et 4 autres groupes condamnés pour avoir organisé un cartel des compotes

-

- - -

L'Autorité de la concurrence a annoncé des amendes salées qui visent notamment Andros et Lactalis, complices d'entente sur les prix et la répartition du marché.

L'Autorité de la concurrence a annoncé mercredi avoir infligé 58,3 millions d'euros d'amendes à six entreprises, dont Andros et Lactalis, pour "entente sur les prix et répartition de marchés" dans le secteur des compotes.

Ces sanctions ont été infligées aux entreprises françaises Charles Faraud (16,4 millions d'euros), Andros (14,1 millions), Materne (13,6 millions), Délis (Lactalis, 9,5 millions), Valade (2,8 millions) Conserves France (1,9 millions). Un septième participant, le néerlandais Coroos, a été exonéré d'amende car il a révélé l'entente, qui portait sur les compotes vendues à la grande distribution sous marques de distributeur et aux distributeurs de la restauration hors foyer, a précisé l'autorité lors d'une conférence de presse.

Voilà plusieurs années maintenant que l'Autorité de la concurrence enquête sur ce cartel. L’institution avait proposé, au printemps 2018, une transaction aux industriels pour abréger la procédure. Ce qui leur aurait permis de payer une amende allégée, avec une décote de 10% à 20%, qui se chiffrait ainsi à près de 25 millions d’euros pour les plus gros acteurs du marché. Mais les entreprises n'ayant pas été assez nombreuses à accepter cette transaction, l'instruction s'est donc poursuivie. 

Dans un communiqué mercredi, la société Charles Faraud et sa marque "Charles et Alice" - dont l'amende correspond à près de 10% du chiffre d'affaires - disent "contester formellement leur participation aux pratiques décrites" et indiquent avoir "immédiatement décidé de faire appel".

En parallèle, l'Autorité de la concurrence a annoncé de sévères sanctions contre les acteurs du titre restaurant, qui avaient "verrouillé" le marché pendant plusieurs années. 

Thomas Leroy, avec l'AFP