BFM Business

American Apparel, c'est fini

Clap de fin pour American Apparel. Les 227 magasins vont fermer.

Clap de fin pour American Apparel. Les 227 magasins vont fermer. - Scott Olson - GETTY - AFP

La marque américaine qui vient d'être rachetée aux enchères pour une bouchée de pain a déjà fermé son e-shop. Ses 227 magasins physiques devraient baisser le rideau les uns après les autres.

Clap de fin pour la marque de prêt-à-porter made in USA. Le groupe, en grande difficulté depuis plusieurs années, a fermé son e-shop européen, et ses magasins physiques devraient fermer les uns après les autres, rapporte Konbini ce mardi.

La griffe était plombée par les difficultés financières. Elle croulait sous une dette de 177 millions de dollars et n'a publié que des comptes dans le rouge depuis 2010. Les polémiques autour de la personnalité de son fantasque fondateur, Dov Charney, débarqué en 2014, n'ont pas aidé. Et ses tentatives pour racheter la marque qu'il avait fondée en 1989 ont été rejetées par le conseil d'administration.

Le e-shop déjà fermé

Le géant en faillite a finalement été racheté aux enchères mi-janvier, pour une bouchée de pain (88 millions de dollars). Mais cette reprise ne va pas permettre de pérenniser son activité. En effet, Gildan, la société canadienne qui l'a acquise, spécialisée dans les vêtements de sport, n'entend conserver que le nom de la marque, ses stocks et son outil de production.

En revanche, Gildan ne garde pas les unités de fabrication et de distribution, ni le site de vente en ligne, à en croire Le Figaro. Les 227 magasins American Apparel, répartis dans une vingtaine de pays, devraient ainsi rapidement fermer leur rideau de fer. Le e-shop, lui, est déjà fermé depuis plusieurs semaines.

-
- © Capture d'écran americanapparel.net

Quant aux usines californiennes de la marque qui revendiquait une production made in America et des salaires élevés pour ses ouvriers majoritairement immigrés, elles devraient fermer également. 3.500 employés devraient ainsi se retrouver sur le carreau. La marque canadienne, comme l'expliquait Reuters, emploie 90% de ses effectifs (42.000 employés) en Amérique centrale et dans les Caraïbes. D'après l'agence, son seul produit fabriqué "sur le sol américain sont des chaussettes".

N.G.