BFM Business

Aide à l’export de volailles: Tilly-Sabco attaque Bruxelles

Le volailler Tilly-Sabco produit 64.000 tonnes de poulets congelés par an et dépend fortement des aides européennes.

Le volailler Tilly-Sabco produit 64.000 tonnes de poulets congelés par an et dépend fortement des aides européennes. - -

La société d’agro-alimentaire Tilly-Sabco va lancer un recours contre la décision de la Commission européenne de supprimer les aides à l’exportation de poulets congelés. Les volaillers français sont les principaux bénéficiaires de cette aide.

Le groupe français de volaille Tilly-Sabco a annoncé, lundi 22 juillet, qu’il allait attaquer la Commission européenne en référé, face à l’urgence de sa situation. Bruxelles avait décidé, la semaine dernière, la fin des aides européennes à l’exportation pour les volailles congelées.

Cette décision a provoqué la colère des volaillers français Doux et Tilly-Sabco, qui étaient les principaux bénéficiaires, à plus de 90%, de ces aides. Ce fonds européen permettait aux groupes bretons, en grande difficulté financière, de faire face à la concurrence des industries brésiliennes.

Un arrêt des commandes aux éleveurs

Parallèlement à la procédure en référé, qui vise à prendre une décision le plus rapidement possible pour limiter l’impact de l’arrêt brutal, Tilly-Sabco va lancer une seconde procédure.

La direction de l’entreprise va demander "réparation préjudicielle pour arrêt unilatéral d'un mécanisme de soutien historique sans mesure d'accompagnement", a-t-elle expliqué lors d’un comité d’entreprise extraordinaire.

L’entreprise a également décidé de suspendre dès lundi ses commandes de poulets aux éleveurs. Des dizaines d’agriculteurs se retrouveraient ainsi sans débouché pour leur production. Les syndicats de Tilly-Sabco estiment, eux, qu’il reste 60 jours de travail sur le site finistérien du groupe.

Tilly-Sabco emploie actuellement 300 personnes en CDI et produit 64.000 tonnes de poulets surgelés par an. Le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 136 millions d'euros en 2012, dont 90% est réalisé au Moyen-Orient.

A.D. avec AFP