BFM Business

Agroalimentaire: Bigard, pressé de toutes parts, a finalement déposé ses comptes

Le numéro un français de la viande a publié les comptes de trois de ses entités.

Le numéro un français de la viande a publié les comptes de trois de ses entités. - DAMIEN MEYER / AFP

Le numéro un français de la viande, sous pression des associations et du monde politique, s'est finalement résolu à publier les comptes de trois de ses entités.

Sous pression, Bigard lâche un peu de lest. Le numéro un français de la viande a publié une partie de ses comptes de ses différentes entités, après des pressions tant du monde politique que des associations. Groupe Bigard a ainsi dévoilé un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros (+2,9%) en 2017. Du côté de ses deux principales filiales, Socopa (fournisseur de produits carnés à la grande distribution, aux CHR et aux bouchers) a généré 1,8 milliard d'euros (stable), tandis que Charal (la marque de viande de boeuf vendue au détail) affichait des ventes de 866 millions d'euros (stable). Cela représente un total de 4,17 milliards d'euros de ventes.

En termes de résultats, le bénéfice net du numéro un français de la viande ressort à 51,9 millions d'euros (+24% par rapport à 2016) pour Bigard, 25,5 millions (+17%) pour Socopa et 20,1 millions pour Charal (stable sur un an). La Société Financière Bigard, basée à Rungis, n'avait pas encore déposé ses comptes au Tribunal de commerce de Créteil, dont elle dépend, mercredi après-midi.

Le groupe, qui refusait de le faire depuis cinq ans malgré les obligations légales, a déposé lundi les comptes de 2014 à 2017 de trois de ses entités auprès des tribunaux de commerce de Quimper et d'Angers. Bigard n'a en revanche pas dévoilé ses comptes 2018. Selon le greffe du tribunal de Quimper, une entreprise dispose de huit mois pour déposer ses comptes après la clôture, soit fin août pour une entreprise qui clôt son exercice à la fin décembre comme Bigard.

Loi agriculture et alimentation

L'association anti-viande L214 avait annoncé dans un communiqué qu'elle allait déposer plainte jeudi contre Bigard, Socopa et Charal pour l'enjoindre de publier ses comptes. Le groupe est depuis plusieurs années déjà sous pression: l'Assemblée générale avait ainsi donné son feu vert en mai 2018 à des sanctions plus efficaces pour les groupes agroalimentaires qui ne publient pas leurs comptes annuels, dans la loi agriculture et alimentation.

La disposition était issue d'un amendement porté par l'élu Modem Richard Ramos et - fait rare - cosigné par plus de 60 députés issus des sept groupes politiques et du FN, qui avaient mal pris l'attitude du groupe envers les parlementaires. Maxence Bigard, fils du PDG Jean-Paul Bigard, avait en effet provoqué un tollé en septembre 2017 lors d'une audition à l'Assemblée nationale en refusant de répondre aux questions des députés, notamment au député Ramos, sur la non-publication des comptes de son entreprise.

Le très opaque géant du lait Lactalis refusait, lui aussi, de publier ses comptes. Le groupe, ébranlé par le scandale de contamination de lait infantile par des salmonelles, s'y était finalement résolu en février dernier et avait déposé les comptes de plusieurs de ses sociétés au tribunal de commerce de Laval.

J. B. avec AFP